:: Archives RP Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Vamos à la playa [pv Khéphren Zerstörung]
Grecque
Hector Kostas
Date d'inscription : 10/11/2018
Messages : 185
Drekels : 133
Je suis : Gérant du "Dancing Bar"
Mon Gamma est : Un tatouage d'une tête de taureau sur la nuque
On m'appelle : Astéros ou le Minotaure
Je possède le pouvoir de : Me transformer en Minotaure et une super force
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN mais plus Neutre
Je suis d'origine : Grec
Grecque
Vamos à la playaKhéphren Zerstörung & Hector Kostas

Garant mon gros engin, je me rendis à la plage. Ce n’était certainement pas la saison, je sais. Mais venir pendant les périodes froides avait des avantages. Déjà, il n’y avait presque personne. Si on aimait qu’il n’y est pas trop monde, c’était le bon moment. Et puis c’était agréable de venir ici, souffler un peu, sans avoir le bouquant de la foule, juste écouter le bruit des vagues se mourant sur le sable. Je suis venu, avec le gros manteau de cuir pour la moto, qui tenait bien chaud, me tenant là, regardant cette étendue de sable devant moi. D’ailleurs, je prendrais bien quelque chose.

Par chance, un petit bar de plage était encore ouvert. M’y rendant, je commandais un café. J’aimais sentir ce genre de chose entre mes doigts, la chaleur qui parcouraient le long de mes doigts, sentir ce nectar dans ma gorge tout en respirant. Vous n’allez peut-être pas le croire, et si c’est bien le cas, je m’en fiche royalement, mais j’aimais venir ici. Ou même dans la forêt ou en montagne. Ces paysages vastes et en plein air devaient me rassurer. Tous mes souvenirs de mon séjour dans le labyrinthe, me hantaient encore jour et nuit. L’angoisse, la sensation d’être claustrophobe, ne jamais pouvoir se déplacer. Ici, au moins, j’étais libre de mes mouvements, de respirer de l’air pur, et non contaminer par la moisissure et la mort. Là, je me sentais vivant.

Remontant la plage, je m’arrêtais à une des sièges longs en plastique encore présent. Ne m’y allongeant pas, je demeurais en position assis, ne quittant pas la mer des yeux. N’était-ce pas par l’eau qu’est venu l'origine de ma naissance ? Que sortant de la mer, mon père vint sur une plage ? Une histoire étrange certes, je la trouvais même honteuse. Mais que pouvais-je y faire ? Et puis c’était mon jour de repos, je ne voulais pas gâcher ce moment à ruminer mon ancienne vie. Malheureusement, ma paix risquait fort d’être perturbé. Je vis au loin quelqu’un d’autre. Tout le monde était libre de venir ici, mais ca tuait mon moment de pause. Et il semblait faire des trucs bizarres, j’en riais.

Mais bon, cette île semblait être remplit de types et de femmes bizarres. Même ceux de chez moi, n’étaient pas net.

"On s'occupe chacun à sa façon." Lâchais-je sans arrière-pensée. De toute façon, j’étais un partisan du « chacun vie sa vie de son côté et puis point barre.

D’ailleurs, je ne posais aucune question sur la vie des autres. En réalité, je me balançais complétement de comment vivait les autres. S’ils allaient bien ou avaient un problème, rien à battre. Pendant presque toute ma vie, on m’avait traité pire qu’un animal. On ne se souciait pas de mon bien être, alors j’en fis autant. Je pouvais chialer gamin, ou être en colère, cela ne changeait rien. Et si justement, je venais à me soucier de quelqu’un d’autre, c’était « Le monstre veut me bouffer ! » Alors non ! Je lâchais tout le monde. Par contre, il fallait tout de même que ce type était vraiment bizarre. Rien qu’à le voir comme ça, on dirait une de ces andouilles de maîtres zen qu’on voyait à la télé. Un gourou ou quelque chose comme ça. J’espère qu’il ne viendra pas me coller.

©️ YOU_COMPLETE_MESS


Μινώταυρος



Music:
 
Sam 24 Nov - 10:28
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t258-hector-kostas http://caelesti-island.forumactif.com/t264-hector-kostas-et-son-labyrinthe-de-liens#1327 http://caelesti-island.forumactif.com/t265-l-odysse-d-un-taureau#1334
Revenir en haut Aller en bas
Hindoue
Khéphren Zerstörung
Date d'inscription : 24/10/2018
Messages : 73
Drekels : 180
Je suis : le dieu Shiva
Mon Gamma est : Un tatouage d'oeil fermer sur la main gauche
On m'appelle : Khéphren
Je possède le pouvoir de : d'ouvrir mon 3ieme oeil, détruisant tous ce qu'il voit, je peux également avoir des visions du passé, du présent ou du future et je peux invoqué mon trident
J'ai prêté allégeance aux : Rebellious
Je suis d'origine : Hindou
Hindoue

Vamos à la playa

La mer, l'océan et les vagues... L'eau en général m'est d'une grande aide pour la médiation, le bruit des vagues s'échouant sur le sable. Quand j'étais encore Shiva, je méditais souvent prêt des fleuves et des rivières, entendre l'eau était apaisant.

Pour moi, la méditation est un moyen de canaliser mes pouvoirs et mes émotions, et également de chercher à contrôler mes visions afin de retrouver mes souvenirs perdu suite à notre arrivés ici. Beaucoup de chose m'était encore très flou, mais le feu de la rage s'était ravivé en moi lors que le souvenirs de la mort de ma douce Parvatî m'était revenu à l’esprit, par une vision des plus macabres et sordide. C'était a se moment que j'avais réellement compris qui j'étais, que j'avais recouvrer mon identité et mes pouvoirs, ceux la-même qui faisait que j'étais autant craint qu'adorer parmi les mortels.

J'étais assis en tailleur, face à la mer, mon serpent Vasuki autour de mon cou, comme à mon habitude. Un tissus bleu sur les épaules, ondulant au grès du vent frais de cette période de l'année qui soufflait sur la plage déserte. J'avais les yeux fermer, concentrer dans ma méditation et totalement déconnecter du monde qui m'entourait, plonger dans un abîme sombre à la recherche de souvenirs enfouit que seules mes précieuses visions pourraient révélés. Je sentis alors mon serpent bouger, s'agiter, zigzagant sur mon épaule en sifflant. Je n'y avais pas réellement prêter attention, tant j'étais concentrer. Mais cette concentration fut brisé quand une voix parvint à mes oreilles.

''On s'occupe chacun à sa façon''

Je rouvris les yeux lentement, haussant un sourcils. Vasuki siffla de plus bel, fixant l'inconnu qui venait, je tourna le tête légèrement, toujours dos à mon interlocuteur, me permettant seulement de distinguer la silhouette de celui qui avait troubler ma méditation. Décidément, les gens de cette île ont-ils tous la fâcheuse habitude de perturber la méditation des autres ? Je repensa à Savannah sur l'instant, qui, elle aussi, avait perturbé ma méditation. Même si je m'attendais plus ou moins à sa visite du fait des visions que j'avais eu d'elle.

''Comme vous dites...''

Je fini par me lever, me retournant pour pouvoir regarder mon interlocuteur de face. J'en profita pour attacher mes cheveux en chignon. Je ne préférais pas trop m’étaler sur le pourquoi de ses méditations, si avec Savannah, mes visions m'avaient prévenu qu'elle n'était pas humaine, je n'avais aucune idée de la nature de l'homme en face de moi. Et de toute façon, cela ne le regarde nullement. De plus, la manière dont il me venait de me parler était assez froide. Je passa deux doigt sur la tête de Vasuki pour la calmer.

''La méditation m'aide en de nombreux point, et je trouve agréable de venir sur cette plage, tous est si paisible...''
lumos maxima
Dim 25 Nov - 17:33
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Grecque
Hector Kostas
Date d'inscription : 10/11/2018
Messages : 185
Drekels : 133
Je suis : Gérant du "Dancing Bar"
Mon Gamma est : Un tatouage d'une tête de taureau sur la nuque
On m'appelle : Astéros ou le Minotaure
Je possède le pouvoir de : Me transformer en Minotaure et une super force
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN mais plus Neutre
Je suis d'origine : Grec
Grecque
Vamos à la playaKhéphren Zerstörung & Hector Kostas

Ce gars me paraissait vraiment étrange. A la limite caricaturale. Sérieusement, vue sa tenue, sa façon de parler et ses manières, je le verrais bien dans une émission de Yoga, ou une sorte de gourou coache spirituel, un truc du genre. Mais allez savoir, il pouvait être tout et n’importe quoi, cette île renfermait bien des surprises et pas mal de secrets. Après, je pouvais bien avoir un avis sur ceux qui m’entouraient, mais jamais on ne m’entendra juger qui que ce soit, du moins à vive voix. Enfin, ce sera extrêmement rare. Car, avouons-le, et j’étais le premier à le faire, je n’étais pas moi-même dans la « normalité », et je le vivais très bien, du moins, j’essayais.

"Méditation ? Le coin est sympa oui en cette saison. Mais vous êtes quoi ? Un maître zen, un prof de yoga ou quelque chose dans le genre ?"

J’ignorais pourquoi, mais je me sentis pousser à discuter, ne serait-ce qu’un minimum avec ce type. Du moins, pour abreuver un peu ma curiosité. Car d’ordinaire, je suivais la philosophie de vie suivante, chacun vit dans son coin, personne ne se soucie des autres, et c’était tant mieux. Du moins, m’y efforçais-je, pour éviter d’avoir des ennuis avec tout le monde. Malgré cela, il y avait cette chose en moi, une force qui me poussait parfois un peu vers les autres, venir en aide surtout. Heureusement que c’était tout aussi rare que mes jugements. Sans doute était-ce dut à ma longue solitude dans le labyrinthe, dont les souvenirs petit à petit, me firent rappeler le manque d’interaction.

En réalité, on pourrait penser que tout était simple avec moi. Que je ne me cassais pas la tête sur ces choses que sont la sociabilité, l’empathie etc. Pourtant, c’était loin d’être le cas. N’étant pas psychologue, je ne pourrais tout vous expliquer ce qui se passait dans ma saleté de grosse tête. Mais disons pour faire simple, que je sentais qu’il y avait du changement qui s’opérait en moi. Et je préférais y aller pas à pas sur ce nouveau sentier, depuis que j’ai poser mes sabots sur cette fichue île.

"Bah ! Si vous voulez de la paix, je peux vous laisser tranquille et reprendre ce que vous faite."

Les bonnes vieilles habitudes. Rappelons que la sociabilisation n’était pas mon fort. Et ce gars, était pénard avant que je la ramène sans raison. Il devait sans doute vouloir reprendre sa « méditation » et j’ai dû l’empêcher d’atteindre l’illumination ou un truc dans le même genre. Je n’y connaissais en rien à ce genre de truc, et très franchement, cela ne me bottait pas plus que ça. La religion, la spiritualité, ce n’était pas pour moi. Et j’avais d’ailleurs, toutes les raisons de ne pas porter les dieux dans mon cœur. C’était à cause de l’un d’eux, que je suis né et fut devenu un monstre rejeté de tous, enfermer dans une prison souterraine. Et c’était à cause d’un autre dieu, que je me suis retrouvé dans une guerre divine, avant de me retrouver là, avec la moitié de la mémoire bouffer.

Et le seul truc qui me permettait de garder mon calme et me sentir bien, était d’exploser quelques membres de ceux qui me cherchaient trop, et d’hausser le ton avec eux. Une forme de sport semblable à la box et au catch, qui pouvait être vue comme ma méditation personnelle. Mais comme je l’avais dit, il y a tout juste cinq minutes, « On s’occupe chacun à sa façon. » Quoi qu’à c moment précis, mon occupation se limitait à mon café.

©️ YOU_COMPLETE_MESS


Μινώταυρος



Music:
 
Mar 27 Nov - 18:06
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t258-hector-kostas http://caelesti-island.forumactif.com/t264-hector-kostas-et-son-labyrinthe-de-liens#1327 http://caelesti-island.forumactif.com/t265-l-odysse-d-un-taureau#1334
Revenir en haut Aller en bas
Hindoue
Khéphren Zerstörung
Date d'inscription : 24/10/2018
Messages : 73
Drekels : 180
Je suis : le dieu Shiva
Mon Gamma est : Un tatouage d'oeil fermer sur la main gauche
On m'appelle : Khéphren
Je possède le pouvoir de : d'ouvrir mon 3ieme oeil, détruisant tous ce qu'il voit, je peux également avoir des visions du passé, du présent ou du future et je peux invoqué mon trident
J'ai prêté allégeance aux : Rebellious
Je suis d'origine : Hindou
Hindoue

Vamos à la playa

Moi ? Un maître zen ? Je ne pus m’empêcher de ricaner sur le coup. Je n'étais pas vraiment ce qu'on pouvait appeler ''maître zen''. Vus comme je le suis actuellement, on aurait pus facilement le croire, mais c'était loin d'être le cas. Je suis quelqu'un de très ambivalent, à la fois bon et mauvais, à la fois calme et colérique, à la fois créateur et destructeur. Et puis... je suis strip-teaseur, et prostitué. Tous cela était loin de la définition d'un ''maître zen''. Même mes vêtements n'était pas ce qu'on pourrait attendre d'un ''maître zen''. Je portais des tenus atypique pour un homme, short très très court, bas-résille, bottes hautes, un style parfois rock, parfois métal, parfois punk, mélanger à un look très sexy qui laissait presque toujours mes jambes visibles. J'avais par exemple, aujourd'hui, mis ma veste en cuir noir, couverte en quasi intégralité de clou en tous genre, orné d'un gigantesque ''A'' d'anarchie dans le dos, je portais également des mitaines de cuir clouté. Je portais le short allant avec, un short très court, orné de clou, comme le manteau, mais uniquement devant, j'avais également mit un collant imitant des bas-résille histoire de pas trop avoir froid au jambe. Un petit bijoux représentant le mauvais-œil était suspendu à ma ceinture clouté.

''Non, il s'agit la d'un passe-temps, mais cela n'en fait pas mon métier. Je suis gérant du Nirvana Club, à Okagume''

Je n'avais aucune honte de parler de mon métier, mais beaucoup peuvent se sentir gêner quand on connaissait ne serait-ce qu'un minimum les activités du club. Mais c'était les gens que cela dérangeait. Pas moi. Moi, j'étais à l'aise avec qui j'étais, et j'assumais totalement mon métier, ou même mon look, qui pourrait également déranger certain.

Je haussa un sourcils quand mon interlocuteur se remit à me parler de façon peut agréable. Vasuki siffla, comme si il n'avait pas apprécier non plus. Cet homme avait une façon bien étrange d'aborder les gens. J’espère qu'il ne finirait pas par m'ennuyer, alors que c'est lui qui est venu me déranger en premier lieux... Il proposa, de façon un peut agressive, de me ''laisser tranquille'' pour que je reprenne ma méditation. Je haussa les épaules avec un sourire en coin.

''Le mal est fait'' je m'arrêta un instant, et ne voulant pas paraître trop provoquent ou agressif à mon tour, je me corrigea, ''Enfin, c'est une façon de parler, bien sûr. N'imaginer pas que vous me gêner d'une quelconque façon''

Il ne me gênait pas, si il continuait à se montrer aimable et arrêter d'être agressif envers moi. Mais il devait avoir ses raisons, du moins j’espérais qu'il avait ses raisons de se comporter ainsi avec quelqu'un qu'il ne connaissait même pas. Et puis, si beaucoup de personne n'oserait pas énerver se type au vus de sa corpulence, mieux valait pas trop m'embêter non plus...
lumos maxima
Jeu 29 Nov - 21:53
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Grecque
Hector Kostas
Date d'inscription : 10/11/2018
Messages : 185
Drekels : 133
Je suis : Gérant du "Dancing Bar"
Mon Gamma est : Un tatouage d'une tête de taureau sur la nuque
On m'appelle : Astéros ou le Minotaure
Je possède le pouvoir de : Me transformer en Minotaure et une super force
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN mais plus Neutre
Je suis d'origine : Grec
Grecque
Vamos à la playaKhéphren Zerstörung & Hector Kostas

Il est vrai que son accoutrement ne ressemblait en rien à celui d’un gourou qu’on voyait à la télé. Ce gars était vraiment bizarre, mais que vouliez-vous que j’en dise ? Je ne le répéterais sans doute jamais assez, mais, de là où je viens, on voyait de tout et du n’importe quoi. Moi-même, j’eus un peu de mal à établir une normalité, comme le font en général les humains. Chaque chose, chaque personne que je rencontrais était uniques en son genre. Alors, pourquoi critiquer l’un et pas l’autre ? C’était un peu ça aussi qui contribuer à ma façon de penser, laissez chacun vivre sa vie, tant qu’on laissait la mienne en paix. En gros, chacun dans son coin et on s’en portait mieux.

La conversation se poursuivait sur la nature du métier de cet inconnu. Et sa réponse, me fit réagir. Car je voyais très bien de quoi, il parlait.

"Ah oui ! Là où on regarde les gens se trémoussaient non ? J’en ai entendu parler."

En effet, le « Nirvanna » n’était pas un nom inconnu pour moi. On m’avait rapporté ceux qui s’y passer, et je comprenais qu’il s’agissait justement d’une chose que je ne comprenais pas. M’explique, là-bas, ils y faisaient des choses qui m’échappaient. Car on y parlait de plaisir. Mais d’un plaisir que je ne connaissais pas. Parlez-moi d’amour ou de juste d’attirance physique, pour moi, c’était du Babylonien. Je ne comprenais pas ces concepts. Même voir une femme ou un homme se déshabiller pour quelques pièces, ça ne me faisait ni chaud ni froid. Je ne comprenais donc pas l’intérêt et je laissais ça aux autres. Non, ce qui m’excitait vraiment, qui fit bouillir mon sang, c’était la bagarre. Rien de plus.

Même l’affection « amicale » m’échappait un peu. Alors, on pourrait me dire « Mais ta mère t’a aimée quand même non ? » Ma génitrice m’a abandonné dans un labyrinthe. Tout le monde me crachait dessus et ma sœur était à moitié folle. Si j’eus connu un peu d’amour, ce dernier fut à jamais étouffé, balayé par des années de maltraitance. Alors, excusez-moi si je n’étais pas familier ou même prêt à côtoyer ces si nobles sentiments qui me furent depuis presque toujours interdit.

Pour en revenir à notre conversation, je ne savais pas trop comment, justement considérer ce gars. Je crus reconnaître une critique qui pouvait m’énerver, mais en même temps, une forme de douceur. Il valait mieux en faire peu cas. Pas question de gâcher ce moment de repos dans une bagarre. À la longue, ca devenait vite soûlant. Mais vue que j’étais embarqué, un peu de ma faute, dans un échange civilisé, autant continuer. Rester dans le plus simple, et avec un peu de chance, la conversation tournera court et chacun retrouvera sa propre paix.

"Je travaille aussi dans une sorte de boîte de nuit, le « Dancing Bar. » En tant que videur. Ce n’est pas la même chose je suppose."

Bien que cela soit différent d’une boîte de strip-tease, la plupart des clients s’y rendaient aussi pour retrouver un peu ce même plaisir. Boire, se droguer, et dragué ! Voilà le programme pour beaucoup d’entre eux. Alors, oui, je n’y connaissais en rien en romance ou drague, mais je savais que quand les poings tapent et que quelqu’un cri, il fallait botter les fesses des agresseurs et les virés au plus vite. Marrant, je contribuais à garder cet établissement respectable selon les critères qu’on m'a expliqué. Mais de toute façon, je n’aimais pas qu’on impose ses choix ou ses désirs à quelqu’un d’autre. Sans doute que je me transférais un peu chez ces victimes. Se sentir prit au piège, privé de liberté, qu’on voulait nous faire faire, ce qui nous répugnait… Peut-être que chaque tête que j’éclatais, c’était une revanche que je prenais sur mes anciens tortionnaires. Bah ! On ne le saura sans doute jamais.

"Au fait, c’est quoi votre nom ?"

J’avais un peu en horreur de devoir nommer quelqu’un comme « inconnu, étranger, le gars, le prof, le danseur… » Sans pouvoir mettre un nom dessus. Moi-même, je n’aimais pas être nommé le monstre ou la bête. Le Minotaure, c’était la limite du supportable, mais je préférais Hector, ou Astéros, même si personne n’était au courant de mon vrai prénom. Même moi, je faillis l’oublier, alors qu’il était un peu le mot magique qui m’avait protégé de la folie complète.

©️ YOU_COMPLETE_MESS


Μινώταυρος



Music:
 
Sam 1 Déc - 10:08
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t258-hector-kostas http://caelesti-island.forumactif.com/t264-hector-kostas-et-son-labyrinthe-de-liens#1327 http://caelesti-island.forumactif.com/t265-l-odysse-d-un-taureau#1334
Revenir en haut Aller en bas
Hindoue
Khéphren Zerstörung
Date d'inscription : 24/10/2018
Messages : 73
Drekels : 180
Je suis : le dieu Shiva
Mon Gamma est : Un tatouage d'oeil fermer sur la main gauche
On m'appelle : Khéphren
Je possède le pouvoir de : d'ouvrir mon 3ieme oeil, détruisant tous ce qu'il voit, je peux également avoir des visions du passé, du présent ou du future et je peux invoqué mon trident
J'ai prêté allégeance aux : Rebellious
Je suis d'origine : Hindou
Hindoue

Vamos à la playa

Moi ?Mon interlocuteur réagit en entendant le nom du Nirvana, mais je ne pouvais pas déterminer si elle était positive ou négative. Ce n'est pas comme si je m'en préoccupais réellement de toute façon et puis, il ne semblait pas m'avoir réellement dévisager en me voyant ainsi vêtu, et heureusement. Bien que je m'étais habitué aux critiques et aux remarque négative. Mais j'aime cette originalités. Depuis que je suis sur cette île, j'ai développé un look des plus surprenant. Et j'assume totalement !

Mon interlocuteur m'annonce ensuite travaillé comme videur au dancing bar. Je connais l'endroit de nom, mais je n'y suis jamais réellement aller. Et je vois très bien ce qu'il veut dire quand il dit que c'est pas ''réellement la même chose'' L'ambiance n'était en effet pas totalement la même entre le Dancing Bar et Nirvana Club. Et au vus de la carrure de l'homme, il était parfaitement tailler pour être videur, typiquement le genre de gars qu'il faut pas trop embêter. Le Nirvana était en effet un endroit où ''les gens se trémoussaient'', mais bien plus axés sur le plaisir et la luxure. J'étais donc à la fois strip-teaseur et prostitué.

- En effet, c'est un genre de sex club. En quelque sorte. Et oui, l'ambiance n'est pas réellement la même qu'au Dancing Bar, mais vous savez, il y a autant de perturbateur au Dancing Bar qu'au Nirvana Club...

Au Nirvana Club, j'ai eu de nombreux client, homme ou femme, je ne suis pas très compliqué, même si je suis plus souvent demander par la gente masculine. Ce qui n'était pas spécialement pour me déplaire. Enfin... Cela dépend des clients, tous n'était pas... des plus agréable, disons. Mon interlocuteur me demanda soudainement mon nom. Mais je ne suis pas stupide, ce n'était que mon travail, alors je m'attachais pas aux clients, alors je ne me plains pas plus que cela.

- Khéphren Zerstörung

J'ai toujours du mal à me présenter sous le nom de ma nouvelle identité, mon ancienne vie sous le nom de Shiva, bien que fragmenté, était vive dans mon esprit. Et par réflexe, j'avais toujours envie de dire ''Shiva'' quand on me demande qui je suis. Khéphren n'est pas la première forme que j'adopte sur Terre, mais il s'agit de la première dans laquelle je suis bloqué...

Je finis par m’asseoir à coté de mon interlocuteur, histoire d'être plus a l'aise pour parler avec lui, j'étais vraiment intrigué. Cet homme semblait être à la fois fascinant... et irritable au possible. Mais nous verrons bien, peut être était-ce une simple façade qu'il se donnait ? Je sais que moi aussi, on a souvent, sous mon existence de Shiva, on me disait souvent violent, brutal, et étant le chaos total. Je finis par retourner la question à mon interlocuteur.

- Et vous ?

J'étais réellement curieux de mieux le connaître désormais.
lumos maxima
Mar 4 Déc - 23:52
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Grecque
Hector Kostas
Date d'inscription : 10/11/2018
Messages : 185
Drekels : 133
Je suis : Gérant du "Dancing Bar"
Mon Gamma est : Un tatouage d'une tête de taureau sur la nuque
On m'appelle : Astéros ou le Minotaure
Je possède le pouvoir de : Me transformer en Minotaure et une super force
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN mais plus Neutre
Je suis d'origine : Grec
Grecque
Vamos à la playaKhéphren Zerstörung & Hector Kostas

Franchement, je n’avais pas de réel avis sur ce genre d’endroit. Certains se montraient dégoûtes, d’autres adoraient… Personnellement, je n’avais jamais compris l’intérêt, ni même le dégoût. Ce « plaisir » dont on y parlait, m’était si bizarre. On avait beau me l’expliquer, je ne le comprenais pas. À quoi cela servait ? Durant toute ma vie, je ne m’étais intéressé que par ceux qui m’aidaient à survivre. Et les petits plaisirs n’en faisaient pas partie. Donc, étant un peu en dehors de tout cela, je ne portais ni commentaire, ni jugement sur le métier de mon nouvel « ami. » De toute façon, il faisait ses affaires de son côté et ne semblait dérangé personne.

"Ha !" M’exclamais-je. "Les troubles faites, t’en a partout mon gars ! Aucun endroit n’est à l’abris, mais au moins, ça permet de se défouler un peu."

Quelques anecdotes agréables me revenaient en mémoire. Tous ceux qui me prenaient de haut, me jugeaient, me critiquaient ou me provoquaient… Je n’avais jamais dit non à une bagarre, et je suis au moins sortie victorieux à quatre-vingt-dix pour-cent au moins. Sans compter tous ceux que j’ai dû chasser du Bar, soit les jetant comme des sacs-poubelles, leur en coller une ou enfoncer mon poing dans l’estomac. Et je faisais cela aussi quand c’était moi la victime, qu’une autre personne dans la rue. Je ne savais pas, mais de façon paradoxale, je n’aimais pas trop non plus voir les autres êtres victimes de maltraitance et ne sachant se défendre. Loin de les traiter de faiblard, je bondissais pour jouer les pseudos héros. Mais peut-être que je me revoyais en eux, à mes débuts. Et que chaque pourriture que j’envoyais à terre, représentait ceux responsable de ma déchéance… À méditer.

L’inconnu se déplaça pour s’installer juste à côté de moi. Cela me surprit au départ, car n’étant pas habitué vous l’aurez compris depuis le temps, aux échanges sociaux, je me demandais ce qu’il me voulait. Les personnes se montrant si proches de moi furent si rares, à tel point, que chaque tentative était mal interprétée de ma part. Mais je n’allais pas coller mon poing au milieu de leur figure pour ça. Et je fus en quelque sorte, rassurer de ses intentions quand il demanda à son tour mon nom. Par contre, j’ignorais si je devais me réjouir ou me maudire d’avancer lancer cette discussion. Au départ pensant juste lancer quelques mots, voilà que je me retrouvais à discuter avec quelqu’un d’autre. Peu accoutumé, je ne savais trop comment m’y prendre. Alors je fis comme toujours, me contenter du strict minima.

"Hector Kostas."

Moi qui pensais qu’après quelques mots justement, chacun retournerait à son occupation, je fus une fois de plus entraîné à parler avec quelqu’un d’autre, ce qui était éprouvant et surtout, exaspérant pour quelqu’un comme moi. Je pourrais donc déjà couper court à la conversation, dire « Tchao » et me casser. Mais je ne le fis pas. Pourquoi ? J’en savais fichtre rien. C’était comme pris dans le courant, on avait beau battre des bras, l’eau nous avait emporter. Saleté de flotte ! Toutefois, il était aussi pensable que je puisse trouver cette personne sympa et intriguant. Ben quoi ? Ma vie sociale pouvait être pauvre et que j’ai mauvais caractère, cela ne m’empêchait pas d’apprécier certaines personnes. Suis pas associable ! Enfin pas trop. En tout cas, je n’étais pas contre de continuer la conversation et apprendre à mieux connaître cet inconnu.

"Alors Kephren ? T’es d’ici ? Tu bosses dans ce truc depuis combien de temps ?"

Certains pourraient pensées que ma question puisse paraître idiote. Mais entendons-nous bien, mon arrivé sur cette fichue île était encore récente, et je ne comprenais pas encore les nuances de son fonctionnement. A l’époque, je voyais ce bout de terre normal comme un autre, où on pouvait partir et revenir comme bon semblait. Mais les choses ne tarderaient pas à s’éclaircirent pour moi, toutefois, c’est une autre histoire. Là, j’apprenais à connaître ce danseur de la méditation. Je ne savais trop quoi, mais il avait un petit quelque chose qui le rendait sympathique. Et bien que sa tenue soit peu respectueuse de la mode du coin, son odeur avait un petit truc qui mettait en confiance, mais pas trop. C’était bizarre…

©️ YOU_COMPLETE_MESS


Μινώταυρος



Music:
 
Mer 5 Déc - 16:26
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t258-hector-kostas http://caelesti-island.forumactif.com/t264-hector-kostas-et-son-labyrinthe-de-liens#1327 http://caelesti-island.forumactif.com/t265-l-odysse-d-un-taureau#1334
Revenir en haut Aller en bas
Anton M. Cismeira
Date d'inscription : 15/08/2018
Messages : 45
Drekels : 338
Je suis : Maire
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
RP Clos




Ce rp est clôturer pour cause qu'il dure plus d'un mois sans nouvelle réponse et nouvelles des participants. S'ils désirent le poursuivre, merci d'en avertir le STAFF et de prévenir en cas d'absence ou autre problème rencontrer.



Dim 7 Avr - 17:14
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: