:: Archives RP :: Archives RP Abandons Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Petit footing | Jill & Matthias
Invité
avatar
Invité
Petit footing
Jill & Matthias
Avec un énième soupir je lace mes chaussures de sport – plutôt neuves il faut le reconnaitre – avant de me redresser et d’attraper une bouteille d’eau pour boire un coup. J’essaie de ne pas en vouloir à Jill, après tout un footing ne peut faire que du bien, mais j’avoue que préfèrerais rester allongé dans mon lit comme une larve à déprimer. Moins productif, mais nettement plus facile. Bon je suppose que c’est une bonne chose que Jill soit là pour m’obliger à sortir un peu n’est-ce pas ? Je suis toujours un peu surpris que quelqu’un prenne soin de moi, n’ayant jamais eu personne pour veiller sur ma personne, jusqu’à maintenant ça avait toujours été l’inverse, moi qui veillait sur les autres – ce que je continue à faire, quand je ne déprime pas. Elle a donc gagné dans mon cœur le titre de grande sœur, quand bien même elle n’est qu’une humaine – enfin aux dernières nouvelles en tout cas. Du coup je fais ce que je peux pour ne pas être en rogne contre elle, puisque c’est sa façon de me montrer qu’elle a remarqué mon état et qu’elle est là pour moi. Et pourquoi je suis dans cet état ? Tout simplement parce qu’Halloween a réservé des surprises sanglantes, et cerise sur la gâteau, l’île a complètement changé, et les humains ne l’ont pas remarqué. Choses dont je ne peux pas parler à Jill, ou à mon meilleur ami, ce qui me laisse donc à ressasser le passé en gardant tout pour moi.

Avec entrain Jill m’invite à y aller, et je grommelle un « bien sûr, allons-y » pas du tout enthousiaste. J’ai presque pitié d’elle qui doit supporter ma mauvaise humeur, et je grimace pour moi-même, reconnaissant qu’il est temps que je me reprenne. Nous courrons, Jill avec plus de motivation que moi, pendant une bonne demi-heure avant que je ne m’arrête, essoufflé. Entre deux inspirations, je demande le souffle court : « On fait une pause ? ». Je désigne un banc de la tête avant d’ajouter : « Juste dix minutes, et après on y retourne, enfin si tu y tiens. ». Bien entendu mon avis sur la question est clair, je ne rêve que de retourner à l’appartement. Mais bon, le fait qu’elle semble tenir le rythme bien plus facilement que moi prouve qu’un peu de sport ne me ferait pas de mal, en fin de compte. Une fois assis, je récupère la gourde que nous avons emmené et je bois une grande goulée avant de tendre la bouteille à Jill, tâchant de reprendre complètement souffle.  
Pando
Jeu 29 Nov - 16:09
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

 

 

 

Petit footing
Every human being is a puzzle of need.
   You must become the missing piece.

 


 
☾☾ -Mais quel flemmard celui la, a tel point que ça m'exaspérais de le voir si mou, pourtant j'avoue qu'il fait des efforts, serais-ce juste pour me faire plaisir ? Oui surement, c'est bien le style de mon petit frère de coeur avec qui j'habite de temps en temps. J'avais remarquer depuis un petit moment qu'il n'était pas aussi joyeux que d'habitude, c'est pourquoi je l'avais inviter, ou plutôt, forcer a venir courir avec moi ce matin. Bien sûr, il a râler, mais il peut jamais rien me refuser, ou disons le clairement je ne lui laisse jamais le temps de refuser, je suis comme ça moi.

-En seulement quelques petits kilomètres, il s'est arrêter trois fois, quand je suis seule je le fait en une traite avant de me désaltérer, mais bon, je peut pas lui en vouloir il n'avait jamais été un sportif.

-"Bon aller ! On y retourne sinon je vais m'endormir sur place."

-J'exagérais bien sûr, je continuais de sautiller sur place quand lui stoppait, nous sommes enfin repartir pour trois kilomètres, ce qui faisais quasiment trente minutes, et tadam ! Encore une fois, il veut s'arrêter, je soupirais longuement et le suivis jusqu'au banc pas loin, pendant que monsieur profitais pour s'assoir, moi je restais debout et prenais une après l'autre mes jambes afin de les étirées pour pas avoir des fourmis.

-"Ok 10 minutes et près on y retourne".

-Je rigolais un peu, car il était plus en sueur que je ne l'étais, il fallait vraiment que je le prenne en main, je le regardais alors que je continuais ce que je faisais avec mes jambes.

-"Bon on est seuls, tu va me dire ce qu'il ne va pas ? J'aime pas te voir comme ça et regarde toi, on dirait de plus en plus un paresseux".

-Je décidais néanmoins de m'assoir un moment a ses cotés, je pris une respiration calme et longue afin d'éviter le point de coté, je posa ma tête sur son épaule et attendais des explications.

 
CODAGE PAR AMATIS

 
Ven 30 Nov - 14:41
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: