::  :: Plage Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
L'appel de l'Océan [pv Sibylle Nygård]
Polynésien
Kyle Fisher
Date d'inscription : 23/12/2018
Messages : 104
Drekels : 291
Je suis : Plongeur et Guide marin
Mon Gamma est : Un tatouage polynésien de l'océan sur l'épaule gauche.
On m'appelle : Rahatu ou Ruahatu
Je possède le pouvoir de : Aquamancie - Aquamorphe - Télépathie animal marin
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Je suis d'origine : Polynésienne
Polynésien
L’appel de l’Océan
Rien ne me plaisait plus, qu’un peu de plonger. L’eau… Ha l’eau, c’était plus que mon élément. C’était aussi mon chez-moi. Combien de fois devrais-je le dire ? Que si je le pouvais, je resterais à vie sur cet immense étendu jour et nuit sans revenir à la terre ferme. En fait, c’était comme quelque chose de magique, un lien m’unissait à l’Océan. C’était difficile à définir, mais c’était comme dans la famille. Ce qui vous reliait à un frère, une sœur, une mère ou un père. On s’entendait bien avec, on ne voulait pas les quitter. Et depuis que j’avais découvert mon « don », cette impression fut renforcée. Et comme toujours, pour profiter de ce lien, pour le vivre comme il le fallait, je me préparais à plonger.

En même temps, durant cette période, les sorties de groupes ou les visites étaient plus que rare, je dirais exceptionnel. Il faudra que j’attende le printemps pour revoir les premiers touristes désireux de découvrir le monde aquatique. Alors en attendant, c’était exploration en solitaire, baignade et j’en passe. Sauf que cette fois-ci, je n’étais pas seul. En réalité, j’étais accompagné, ce qui était cette fois-là rare. C’est pour cela que sur le « Airaro », mon bateau, je préparais deux tenues de plongées. Les combinaisons étaient prêtes, ainsi que le reste du matériel, il ne manquait plus que les bouteilles qui tardaient à se remplir.

"C'est presque prêt Sib. Encore cinq minutes."

D’ordinaire, je remplissais en premier ces contenants la veille. Mais il fallait avouer que cette sortie, se faisait surtout sur un coup de tête. Vouloir plonger maintenant, et avec quelqu’un. Mon choix s’était porté sur Sibylle, car elle avait déjà fait preuve de savoir-faire, et puis j’appréciais sa compagnie. Ce sera plus agréable, que d’y aller seul. Le vent frais de la saison, me rappelait une fois de plus justement, que le mois sera loin d’être vivant. Et comme un fouet, me pressa d’accélérer la cadence. Car une fois plonger dans l’eau, les températures devraient légèrement remonter.

En plus, le coin était calme. Plus un seul visiteur. Pas un promeneur sur la plage au loin, pas un bateau même. Juste nous, la mer, et la faune qui tentaient encore à rappeler sa présence malgré l’hiver. Quelques mouettes nous survolaient, chantant comme à l’accoutumer, créant une forme de musique zen, qui fit oublier un moment, la folie de la vie urbaine. En réalité, ici Caelesti avait des allures d’îles paradisiaques. Les structures étant à peine visibles, on pourrait croire que cette terre était la même ayant inspiré l’île de Robinson Crusoé. D’ailleurs, si un jour j’arrivais à avoir les moyens, je me rendrais bien en Polynésie pour voir cette eau bleu turquoise et préserver de la stupidité humaine, et ces îles faussement vierge. La aussi, je ne savais pas pourquoi, mais cet endroit me faisait fantasmer et m’attirait comme l’appel d’un vieil ami.

"Je crois que c’est bon. Je vais les installer maintenant. Tu peux aller chercher s’il te plait le matos dans la cabine ? J’ai tous mis dans une valise plastifié."

Bien qu’il puisse s’agir d’une promenade entre amis, j’avais à cœur de refaire de l’exploration. Dans ce contenant, j’y avais ranger appareil photo, sachets et filet pour immortaliser et rapportés quelques souvenirs. Il m’arrivait toujours de revenir avec quelques belles trouvailles, comme des coquillages, des antiquités oubliés depuis un siècles, façon de parler, des plantes ayant besoin de soin etc. Mais le moins plaisant, fut les déchets volontairement abandonner. On y trouvait de tout et de rien. Bon, au moins ici l’eau restait relativement propre, mais des fois, vous aviez des gens qui sans scrupule, prenait la plage et l’océan pour une poubelle. Et j’en faisais un devoir, de nettoyer à chaque fois, et si je pouvais, retrouver les coupables et leur dire ma façon de penser.

Croyez-moi, c’était déjà arrivé. Un couple de touriste abrutis qui ne risquait plus de revenir dans le coin. Ils venaient ici trouvant notre chez-nous beau, tant mieux, alors qu’ils respectent et veille à ce que cela reste magnifique !


Codage par Libella sur Graphiorum


La vie est bien mieux sous l’Océan !

Ven 18 Jan - 13:43
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t363-l-ocean-se-reveille http://caelesti-island.forumactif.com/t365-les-peuples-de-la-mer-et-de-la-terre#2657 http://caelesti-island.forumactif.com/t366-l-histoire-de-l-ocean-meme#2659
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Sibylle Nygård
Date d'inscription : 16/01/2019
Messages : 84
Drekels : 315
Je suis : Vendeuse et Mannequin
Mon Gamma est : Un tatouage en forme de rune entre les seins
On m'appelle : Sif
J'ai prêté allégeance aux : Garden
Je suis d'origine : Nordique
Nordique
L’appel de l’Océan
R L’air frais du matin caressait mon visage délicatement tout en ballotant l’Airaro sur l’onde bleuté des eaux entourant Caelesti. Un frisson m’échappait un bref instant, couvrant ma peau d’une chaire de poule exacerbé néanmoins nullement déplaisante ; il faisait si bon de percevoir ce délicat froid à travers mes couches de vêtements. L’iode picotait légèrement mes narines, me berçant d’un doux parfum dont j’avais peu l’habitude moi qui demeurait caché entre les vastes montagnes où demeurait ma bâtisse. J’inspirais profondément avant de tourner la tête en direction de mon compagnon pour cette sortie : Kyle fisher. Une rencontre bien agréable que j’avais fait à la suite de mon arrivée subite sur cette île dont je ne connaissais absolument rien. Nos tempéraments demeurant néanmoins assez …différents ? L’entente avait mis quelques temps à se trouver. Une fois cela fait nous étions devenus bons amis et sortons de temps à autres histoire de se changer les idées au vu de nos petites vies qui à mon sens était paisible, trop paisible à mon goût.

Cette escapade avait été organisée à la va vite car l’idée avait surgi la veille de je ne sais quel tréfond de mon esprit pourtant décidé à rester la maison ; désormais je me retrouvais sur le bateau à observer Kyle s’efforçant de remplir les bouteilles. Il m’annonça avec assurance que tout serait bientôt prêt ce qui fit naître un sourire sur mon visage déjà enjoué en dépit du temps. En effet la plus part des gens préféraient fuir les sorties durant les mois d’hiver mais c’était cela qui rendait notre sortie d’autant plus intéressante ; personne ne viendrait nous embêter ou même parasiter notre plongée. Mon regard s’attarda finalement sur les légères vagues animant la mer ; elles semblait ainsi me bercer tandis qu’un groupe de mouette nous surplombait en lâchant des chants que seuls les marins se devaient d’entendre par un tel après-midi. Tout en demeurant rêveuse je tentais de recoller les morceaux des derniers souvenirs m’étant revenus ces derniers temps. Chaque fois que je tentais de creuser au sein de ma mémoire une migraine me prenait et je réalisais enfin mon erreur d’avoir a nouveau essayé en contemplant l’aspect calme de la baie ; il n’était guère le moment d’avoir pareil maux de têtes alors que nous allions plonger. Je reprenais donc mes esprits avant de suivre les indica tions du capitaine du bateau sans tarder.
D’un pas rythmé je pénétrais dans la dite cabine et me saisissais du paquet relativement imposant qu’avait laissé Kyle dans l’habitacle. Tout en revenant près de lui, je déposais la valise non loin de sa personne puis m’attachais mes cheveux en une tresse serrée à fin que mes cheveux n’entravent nullement ma vision sous l’eau.

«Alors, quel est le programme aujourd’hui ? J’imagine que tu n’as pas choisi cette zone par hasard n’est-ce-pas ? » Demandais-je en observant l’imposant matériel figurant en face nous. J’avais aimé découvrir cette discipline avec Kyle lors de notre première rencontre et il n’était pas rare que je nage davantage suite à cela. Au début cela n’avait pas été une tâche aisée, il semblait que mon corps ne demeurait pas des plus adaptés à  demeurer aussi longtemps sous l’eau mais avec le temps j’avais su prendre le pli et puis avec un bon prof forcément ! Je me frottais les mains comme pour me réchauffer en jetant un regard vers le ciel demeurant impénétrable ; j’espérais réellement ne pas avoir droit à une tempête pour l’heure toutefois conserver des pensées de la sorte de mon esprit ne ferait qu’appeler le négatif. Je pivotais de nouveau en direction de mon ami en inclinant la tête sur le côté, attendant sa réponse à ma question.


Codage par Libella sur Graphiorum
Sam 19 Jan - 12:53
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Polynésien
Kyle Fisher
Date d'inscription : 23/12/2018
Messages : 104
Drekels : 291
Je suis : Plongeur et Guide marin
Mon Gamma est : Un tatouage polynésien de l'océan sur l'épaule gauche.
On m'appelle : Rahatu ou Ruahatu
Je possède le pouvoir de : Aquamancie - Aquamorphe - Télépathie animal marin
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Je suis d'origine : Polynésienne
Polynésien
L’appel de l’Océan
Quel était le programme et quel était la raison du choix de cet endroit ? Bien entendu qu’il en avait une. J’avais du mal à imaginer qu’on faisait les choses sans réfléchir un minimum, sans éprouver la moindre attirance pour une voie. Même si cela puisse paraître minime. Enfin bon, chacun se fera son opinion. Décochant un sourire, je cogitais un peu sur la réponse. Déjà, cela n’avait rien à voir avec la célébration d’un événement ou tout autre occasion pouvant justifier notre présence ici même. En réalité, cela avait une origine bien plus modeste. Et n’était pas un secret d’état, je ne risquais rien à vendre la mèche.

"On va faire un peu d’exploration, du relevé et sans doute un peu de nettoyage. Tu vas voir, tu vas salir tes mimines. En plus l’endroit et souvent calme par ici en cette heure, on devrait être pénard. Enfin pas moi."

Je ne pouvais pas m’empêcher d’envoyer quelques piques à Sibylle. Le fameux amour vache. Cela nous avait très vite pris, surtout pour moi. Et loin d’être le moteur d’une forme de discorde, cela avait forgé ce lien bien particulier. Enfin bon, une relation sans vague, sans petites disputes, ni tempête et ni vent, serait bien ennuyeuse. Même en mer, j’aimais quelque fois un peu d’agitation, ce qui marquait bien une journée. Pour revenir à notre histoire, le lieu fut déjà exploré à de nombreuses reprises. Mais ce qui était bien avec la mer et l’océan, c’était que son paysage, changeait constamment. Contrairement à une forêt qui pouvait rester la même pendant des siècles, la mer était un royaume changeant, proposant toujours de nouvelles expositions de faunes et de flores marines colorées. Des nouvelles formations rocheuses qui se faisaient recouvrir par les algues, un nouveau banc de poissons arc-en-ciel, du corail même qui poussaient dans le coin, un nouveau jardin aquatique…

Pour certains, j’évitais de mentionner d’autres types de transformations. Ils existaient, mais pour moi, cela n’en était pas. En réalité, je les considérais comme de la destruction. Vous l’auriez compris, je parlais de nos déchets et chantiers. Ces immondices contre les quelles, je me bâtais jour après jour, sans succomber aux sirènes de l’extrémisme. Car je savais très bien qu’agir de manière radicale, occasionnerait bien plus de dégâts qu’il n’en préviendrait. Mais bon, là nous n’allions pas manifester devant une usine, et je priais pour que nous ne tombions pas sur un pauvre lamantin prit au piège au fond des eaux. Sinon, je ne pouvais garantir comment j’allais agir.

"Bon, je crois que tout est OK, je te laisse enfiler ta tenue comme une grande fille."

Enfin tout était prêt. Je me hâtais d’enfiler ma propre combinaison. Après des années de pratiques, la mettre était aussi facile que d’enfiler pantalon et t-shirt le matin. Enfilant la tenue en néoprène. Après les avoir bien passés au savon toutes les deux, elles glissaient parfaitement sur le corps, la peau et les vêtements pour devenir une seconde peau justement. Et l’avantage avec elle, c’est que la combinaison était étanche et gardait bien la chaleur. Je préférais donc largement cette dernière, plutôt que la fameuse combinaison humide. Mais chacun ses goûts.

La bouteille était bien fixée dans le dos grâce à un harnais et je m’assurais que ma compagne d’exploration, s’en sortait tout aussi bien. Quand on n’avait pas l’habitude, ce genre de chose pouvait vite être casse-tête. Vous voyez le gag de celui ou celle qui se retrouvait coincé dans son chandail ? Ben ça pouvait facilement finir de la même manière. Sérieux, j’en avais vue des comme ça, et même pire. Et en bon professionnel que je suis, je parvenais à me retenir de rire. Et comme je n’eus que peu l’occasion de voir Sibylle enfiler ce genre de chose, j’étais curieux de voir le résultat.

"Ready ? Pas le temps de jouer les clowns, on va bientôt y aller."


Codage par Libella sur Graphiorum



La vie est bien mieux sous l’Océan !

Mar 22 Jan - 14:00
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t363-l-ocean-se-reveille http://caelesti-island.forumactif.com/t365-les-peuples-de-la-mer-et-de-la-terre#2657 http://caelesti-island.forumactif.com/t366-l-histoire-de-l-ocean-meme#2659
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Sibylle Nygård
Date d'inscription : 16/01/2019
Messages : 84
Drekels : 315
Je suis : Vendeuse et Mannequin
Mon Gamma est : Un tatouage en forme de rune entre les seins
On m'appelle : Sif
J'ai prêté allégeance aux : Garden
Je suis d'origine : Nordique
Nordique
L’appel de l’Océan
Tandis que j’admirais l’horizon d’un air emplit de rêve et d’impatience, la remarque de Kyle m’arracha un soulèvement de sourcil soudain. Je pivotais légèrement dans sa direction, le toisant comme si il venait de me faire la pire des insultes bien que cela soit un petit jeu entre nous depuis que nous nous connaissions. L’air infantile je lui tirais légèrement la langue en dodelinant de la tête avant de rire. Il s’agissait donc principalement d’explorer cette zone et de la nettoyer avant la belle saison.

Je reportais rapidement mon attention sur mon guide avant de faire un salut militaire grossier pour me moquer de ses propos tout juste dictés. « A vos ordres chefs ! » Lançais-je avant de reprendre un air profondément taquin « Et tu sauras que bon nombre d’hommes seraient ravis d’être à ta place. Médites sur ta chance pour une fois. ». Tout en conservant mon air narquois, je saisissais ma combinaison à fin de l’enfiler. Kyle en profita pour me dire qu’il me laisserait me débrouiller avec celle-ci. « Tant mieux ! J’ai pas besoin de grosses paluches pour la mettre. » Lui adressais-je en commençant par glisser mes membres dans le tissus. Ce fut tout de suite une sensation de bien-être qui m’envahit ! Le dit habit me convenait parfaitement et j’appréciais particulièrement qu’il me permette de conserver une température agréable en dépit de l’atmosphère froide de cette journée. Vint par la suite le reste du matériel et je veillais à tout bien mettre et positionner sur ma personne. J’avais en effet appris les rudiments de la plongée il y avait de cela déjà quelques temps et j’étais désormais apte à m’harnacher toute seule sans peine. Etait-ce aussi un peu par fierté ? Oui ! A n’en pas douter ! J’aurais détester le rire moqueur de Kyle dans mon dos, il me fallait donc assurer, ce que je fis « convenablement » pour cette fois. Prête je me tournais vers mon accompagnateur dont les propos me firent levés les yeux au ciel. « Mais oui mais oui capitaine ! » Répondis-je en me prenant place pour plonger. Tous les éléments en main pour réussir cette expédition, mon guide sembla tout aussi assuré que moi pour le départ.

Nous échangions un regard complice avant de laisser nos corps partir en arrière pour finalement atteindre l’eau. L’accueilli que nous réserva l’onde bleuté me fit frissonner mais je m’habituais bien vite à cette atmosphère si particulière propre aux fonds marins et sa température. Le masque sur les yeux, je découvris une splendeur inégalé de ce qui nous attendait en bas ; des teintes changeantes, de longs filaments se baladant telles de herbes au grès du vent ainsi qu’une faune à vous couper le souffle. Une multitude de poissons jouissaient de la paix ; tantôt en groupe, tantôt en solitaire, ils gravitaient aux alentours des coraux sagement dans un ballet de nageoire sublime dont mon regard peinait à se détacher. Les anémones fleurissaient au même rythme, les murènes se terraient tout à coup dans leur trou à notre passage, les étoiles de mer avançaient avec aisance et les oursins se faisaient menaçants de par leurs piques aiguisés ; j’avais presque l’impression de briser cet équilibre  fragile en étant parmi mais ils ne tardèrent pas à nous accepter pour une raison que j’ignorais. Certains vinrent même nagé non loin de nous pour mieux se disperser un peu plus loin, une attitude amusante qui ne manqua pas de me distraire. Tout en suivant Kyle, j’admirais ce spectacle de la vie avec une étincelle de joie dans le regard non dissimulé. La terre était également riche de paysage, d’animaux et de flore mais me plonger dans une telle atmosphère sous la surface me donnait une chair de poule délectable.

Une fois l’étonnement quelque peu retombé, je me mis à enlever des ordures traînant ça et là. Cela me tenait à cœur de participer à l’un des passe-temps favoris de mon ami car même si nous ne cessions de nous tourmenter, de nous chamailler, j’avais envie de lui prêter main forte dans son combat. Demeurant une élève appliquée, je continuais de m’évertuer à suivre les indications faites de temps à autres par ses gestes, mettant les canettes et autres débris dans le sac prévu à cet effet : Kyle avait la présence d’esprit de penser à tout ce qui demeurait admirable. Ainsi notre promenade sous-marine continua paisiblement au rythme des flots et de ses habitants dont la bienveillance me toucha.


Codage par Libella sur Graphiorum
Dim 27 Jan - 16:22
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Polynésien
Kyle Fisher
Date d'inscription : 23/12/2018
Messages : 104
Drekels : 291
Je suis : Plongeur et Guide marin
Mon Gamma est : Un tatouage polynésien de l'océan sur l'épaule gauche.
On m'appelle : Rahatu ou Ruahatu
Je possède le pouvoir de : Aquamancie - Aquamorphe - Télépathie animal marin
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Je suis d'origine : Polynésienne
Polynésien
L’appel de l’Océan
Un sourire mesquin se dessina sur mon visage.

"Moins de cinq personne intéressait par une attraction mondiale ?"

Oui, je ne pouvais pas m’en empêcher. C’était ainsi que vouliez-vous. Mais une fois ces chamailleries terminées et les combinaisons enfilés, nous pouvions enfin plonger. Enfin bon, il fallait avouer qu’on rigolait bien et que chaque réplique entre nous était bien mérité. C’était de bonne guerre comme on disait. Et il fallait dire que je ne m’en plaignais pas vraiment. Même pas du tout en vrai, même si en apparence, je jouais le gars râleur. Mais, tout ceci faisait partie du jeu en gros.

Pour revenir à notre expédition, nous nous retrouvions finalement dans l’immense royaume aquatique qui encerclait l’île de Caelesti. Marrant, car je connaissais les autres mers et océans du globe grâce aux reportages, relevés, images, etc. Mais je ne connaissais que celle de Caelesti, n’ayant pas de réels souvenirs d’avoir visité un autre océan. Un peu gênant à avouer, toutefois ici, nous ne manquions pas de beauté à contempler. Non ! Je ne parlais pas de Sib, même si… Bref ! Je mentionnais les algues tout autour de nous, les anémones de mer dont leur long bras dansait en remuant l’eau tout autour. Leur couleur si variée leur dessinait des costumes dignes d’un carnaval à Janeiro où ici, c’était la fête chaque jour. Et parfois, à côté de ces troupes de danseurs ou même, venant se joindre à ce ballet des profondeurs, des habitants sortaient de leur repaire pour se prêter au jeu.

Ici, c’était une incroyable concentration de nombreux univers aquatiques. Un magique brassage ethnique et culturel dans ces fonds, où le poisson indien, fréquentait aussi bien celui de l’atlantique et du large du pacifique comme la Polynésie. Bien entendu, ici, ce n’était pas l’entente cordiale. Car comme toujours, la loi de la jungle demeurait. Manger ou être mangé. Toutefois, nous ne ferons pas un documentaire de la faune et de la flore marine ici. Nos combinaisons avaient le mérite de bien nous préserver de l’eau et autres éléments gênant. Par contre, pour communiquer entre nous, nous étions obligés de procéder par une sorte de langage des signes. Cela réduisait grandement notre vocabulaire. Mais quand vous aviez votre bouche occupée par le tuyau vous reliant à votre unique réserve d’air, le choix était vite fait. Au moins nous avions le plaisir d’écouter ce monde de silence, et ne plus entendre Sibylle. Blague à part.

Tantôt, je lui faisais signe de regarder là, de récupérer ceci, etc. Avec mon appareil étanche, je capturais en vidéo notre progression. Tel un touriste, j’immortalisé une fois de plus, ce monde en apparence en paix et toujours festive. Mais comme je venais de le dire, ceci n’était qu’une apparence. Car nous trouvions toujours une attaque à la quiétude du domaine de Neptune. Oui, des gens ne se gênaient pas pour abandonner leur détritus. Chaussures, stylos vides, sac, chaises pliantes cassées… La liste était bien longue. Souvent, j’accusais les touristes qui ne se privaient pas d’abandonner leur surplus gagné pendant leur voyage à la mer. Ils disaient aimés et appréciaient la vue, mais ne se gênaient pas pour y fichtre leurs ordures. Avez-vous déjà vue des gens aller dans un musée et dire « La Joconde est magnifique, on aime beaucoup ! » Et s’amuser juste après y faire des graffitis ou jeter leurs déchets devant ? Je ne le pense pas.

Pendant que nous longions le récif, laissant quelques fois les doigts boudinés des anémones nous caresser, une ombre se fit sentir au-dessus de notre tête. Au départ, je pensais à un banc de poisson, ou quelque chose d’assez gros. Mais levant la tête vers la surface, d’où venait notre principale source de lumière, et la présence surtout, je ne voyais rien. Restant tout de même prudent, je me reconcentrais sur notre voyage, quand la chose se reproduisit. Me tournant vers Sif, je fis signe :

*Tu as vue ça ?*

Ma connaissance en vie marine était certes bien riche, mais ce n’était pas avec une ombre que je serais définir la nature de la créature. Curieusement, je sentais que la température autour de nous avait changé. Et que quelque chose ou quelqu’un, nous surveillait non loin…


Codage par Libella sur Graphiorum



La vie est bien mieux sous l’Océan !

Jeu 31 Jan - 8:52
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t363-l-ocean-se-reveille http://caelesti-island.forumactif.com/t365-les-peuples-de-la-mer-et-de-la-terre#2657 http://caelesti-island.forumactif.com/t366-l-histoire-de-l-ocean-meme#2659
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Sibylle Nygård
Date d'inscription : 16/01/2019
Messages : 84
Drekels : 315
Je suis : Vendeuse et Mannequin
Mon Gamma est : Un tatouage en forme de rune entre les seins
On m'appelle : Sif
J'ai prêté allégeance aux : Garden
Je suis d'origine : Nordique
Nordique
L’appel de l’Océan
L a température se faisant changeante, je me mis à observer davantage autour de nous. La lumière semblait danser, disparaître puis revenir en force pour nous aider au milieu des récifs, tout cela à une vitesse qui me troubla. Inquiète, je me tournais vers Kyle pour saisir son regard et ce que j’entrevis ne me rassuré guère ! Visiblement nous étions deux à ignorer ce qui se tramait aux alentours et l’idée m’oppressait le torse quand bien même j’essayais de respirer de façon tout à fait correcte grâce à la bouteille sanglée dans mon dos. Quelques minutes s’écoulèrent. La paix sembla se réinstaller dans les eaux me laissant souffler pour reprendre mes activités. Tandis que je continuais de nettoyer, prospecter et observer ce monde étrangement silencieux, je vis bon nombre de bans de poissons se déplacer. Curieuse de cet esprit de groupe dont je connaissais peu de chose, je me rapprochais de l’un d’eux mais ils se dissipèrent aussitôt, volant presque en éclat à ma grande surprise. J’essayais de contenir mon émotion lorsqu’une ombre me recouvrit tout entière ; je pouvais même la voir se découper au-dessus de moi. La crainte me tirailla les boyaux sans que je ne puisse rien faire. Je finissais par fermer les yeux, crispant mon corps de part en part pour éviter le moindre mouvement mais il sembla que cela fut trop tard.
La bête ou du moins ce qui me surplombait avait décidé que je serais sans doute sa prochaine proie. Menaçante, la forme sombre se déplaça davantage à mon niveau. Mes yeux se clorent dans un hoquet à peine dissimulé car je ne désirais croiser le regard de ce qu’y parviendrait sans doute à m’hôter la vie sans ménagement. Instinctivement je me mis à appeler Kyle en mon fort intérieur ; j’ignorais où il était passé ! Me connaissant j’avais dû faire l’erreur de trop m’éloigner de sa personne en souhaitant simplement regarder le ballet coloré des poissons m’empêchant ainsi de le repérer désormais. Tout en me mordant la langue je sentis des mouvements plus proches de moi. La créature semblait effectué des mouvements de plus en plus rapides autour de ma personne et cela n’avait rien de rassurant. J’attendais simplement qu’elle m’attrape maintenant. J’attendais de sentir la douleur irradié dans mes muscles et mes os.

Demeurant toujours atrocement tendue, je continuais d’espérer une aide inespérée par pareil instant. Une douleur me transperça finalement l’avant-bras gauche ce qui me fit relâcher une importante quantité d’air et mes yeux s’ouvrirent sur l’onde dansante se trouvant à la surface ainsi que des filaments rougeâtres se dissipant dans le liquide d’une clarté à nulle autre pareil. Les yeux toujours rivés vers ce plafond iréel, un flash me traversa. J’avais toujours eu peur de l’eau… mais pas seulement pour moi. J’avais eu peur d’un océan, de ce qui s’y trouvait et de ce que cela pouvait faire à ma famille. Une forme longiline se dessinait dans ma mémoire comme ma véritable hantise ! Mon démon ! Il ne devait pas s’approcher… il ne devait pas mordre…et surtout pas lui...
L’étrange trouble que je subissais me fit expulser une nouvelle bouffée d’oxygen tandis que je me sentais tournée de l’œil malgré moi.


Codage par Libella sur Graphiorum
Dim 10 Mar - 21:41
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Polynésien
Kyle Fisher
Date d'inscription : 23/12/2018
Messages : 104
Drekels : 291
Je suis : Plongeur et Guide marin
Mon Gamma est : Un tatouage polynésien de l'océan sur l'épaule gauche.
On m'appelle : Rahatu ou Ruahatu
Je possède le pouvoir de : Aquamancie - Aquamorphe - Télépathie animal marin
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Je suis d'origine : Polynésienne
Polynésien
L’appel de l’Océan
I l fallait dire, qu’ici c’était comme la jungle. L’endroit était rempli de potentiel prédateur, se tapissant dans l’obscurité pour jaillir de sa cachette et tomber sur sa proie. Caelesti possédait une faune si riche. Même, en cherchant bien, on pouvait voir des créatures vivantes dans des océans différends, cohabiter ensemble. J’ignorais d’où provenait un tel prodige, mais j’étudiais le sujet et pensais en parler à quelques professionnels. Sans doute à Sybille comme confidence, mais après. Sans doute à Zélia vue qu’elle était océanographe. Il y avait quelque chose de magique ici, quelque chose de surnaturel. On pouvait à peine l’apercevoir, mais la sentir, ça oui. Comme pousser par une forme d’instinct, on ressentait bien que quelque chose clochât, et c’était le cas en ce moment même.

Alors que j’examinais les environs, je finissais par remarquer que Sibylle ne me suivait plus. J’eus bien donné des conseils de sécurité, comme par exemple de rester proche l’un de l’autre. Mais ce n’était pas le soupçon d’une désobéissance de mon amie que j’eus en tête, plutôt qu’un problème avait lieu. Et donc inquiet, je me mis à nager, faisant demi-tour pour retrouver sa trace. Quelques coups de palmes me firent arriver devant un spectacle angoissant.

Devant moi, deux ombres s’agitèrent dans un ballet de voiles noirs. Quelque chose s’en prenait à Sib, et j’ignorais quoi. Qu’a cela ne tienne, je fonçais, brassant l’eau autour de moi, agitant mes membres pour remonter le plus rapidement possible. Vous vous doutiez que mon rythme cardiaque grimpât en flèche. C’était la peur de ne pas arriver à temps qui me motivait dans cette course folle aquatique. Je ne ressentais ni mes muscles me chauffaient, et encore moins me tirer sous l’effort de lutte contre cet élément dominant.

Cela ne devait durer que quelques minutes, mais ressemblait à des heures pour moi, jusqu’à ce que j’arrivasse enfin dans le dos de la créature. Quelle était donc cette chose ? Je l’ignorais, je n’avais jamais rien vue de telle. La créature ne semblait pas avoir de forme définie. Toutefois, je ne me perdais pas en conjectures et par instinct, j’attrapais ce qui ressemblait à un long bras. Un tentacule ? Cela n’écarta pas beaucoup la chose de la jeune plongeuse. En réalité, l’effet produit fut de rendre la bête courroucée. D’un coup violent, elle se retourna vers et me donna un coup violent.

Bien qu’étant dans l’eau, je ressentais bien le choc quand son membre me heurta, et me renvoya en arrière de plusieurs mètres. Ce monstre se mouvait ici comme s’il était sur terre ou dans les airs. Quelque peu sonné, ma vision fut troublée par le choc. Tout avait un double comme si j’avais picolé. Et ce n’était qu’au bout de quelques secondes seulement, que je revis la chose retourner s’en prendre à Sibylle. Décidément, elle lui en voulait. Pourquoi, je ne savais pas, peut-être comptait-elle en finir avec elle avant de s’attaquer à moi, chacun son tour. Retrouvant donc mes esprits, je tâchais de revenir le plus vite possible vers mon amie pour l’aider. Mais cette fois-ci, la douleur se fit bien sentir. Je n’arrivais plus à nager aussi vite, mes membres me firent mal, et c’était comme si je fus empêtrée dans de la guimauve. Et j’avais beau forcer, cela ne changeait rien.

Alors, la peur atteignait son paroxysme. Le fait de me voir coincé et impuissant me provoqua la plus grande des frayeurs et des colères. Tout mon corps se mit à bouillir, l’angoisse qui fit tordre l’estomac et brisa mes os. Après, je ne sais pas trop ce qui se passait, mais quelque chose de déclencha en moi, une force, une puissance insoupçonnée. L’avais-je demandé ? Je ne pensais pas, mais cela devait être de manière inconsciente.


Codage par Libella sur Graphiorum



La vie est bien mieux sous l’Océan !

Lun 11 Mar - 8:59
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t363-l-ocean-se-reveille http://caelesti-island.forumactif.com/t365-les-peuples-de-la-mer-et-de-la-terre#2657 http://caelesti-island.forumactif.com/t366-l-histoire-de-l-ocean-meme#2659
Revenir en haut Aller en bas
Compte Fondateur
Caelesti Island
Date d'inscription : 20/05/2018
Messages : 273
Drekels : 819
Compte Fondateur
Le membre 'Kyle Fisher' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Lancement de pouvoir' :
L'appel de l'Océan [pv Sibylle Nygård] Non10


Merci de ne pas envoyer de MP sur ce compte!
Lun 11 Mar - 8:59
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: