::  :: Sahadir :: Okagume :: L'Appel du Sistre Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Immersion
Mortelle
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 59
Drekels : 101
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortelle
Aujourd'hui l'entreprise à décidé de prendre à tous ceux qui avait des « lacunes » en danse comprenez bien ceux qui pour ELLE ne savaient pas mettre un pas devant l'autre « correctement » des cours. Pourquoi me direz-vous, aucune idée. Tous ce que nous savions à ce moment là était la liste des personnes qui y était inscrit dont moi évidemment. grrrrr, je vais te montrer si je ne sais pas danser me disais-je, la durée des cours combien de jours devions-nous y insister, nos emplois du temps habituelles ceux-là si on oubli la présence de cet nouvel exercice, le lieux où nous devions nous entraîner à cette « nouvelle » pratique et la somme de ces cours ils les paient mais n'oublient pas de s'en vanter. Bien sûr ceux qui n'étaient pas du même avis tentèrent de riposter, d'argumenter, mais rien y fait.

C'est pour ça qu'à la fin de ma journée de travail j’eus décidé de faire du repérage et visitai les lieux qui m'emmenèrent à cet école de danse. Je trouvais qu'elle était bien située, il y avait un peu de verdure ce qui me plaît beaucoup, juste quelques autres bâtiments pas une centaines qui t'empêcheraient de respirer convenablement, des lampadaires histoire que l''on voit bien où l'on met les pieds et où l'on va et petit plus quelque chats. Au départ je me demandais ce qu'ils faisaient là. Ils me regardaient l'air de se dire mais qu'est-ce qu'elle fait sur notre territoire celle-là ? Pendant un moment je restais debout silencieuse à les regarder m'observer, jusqu'à ce que je vis qu'il y en avait qui approchait doucement. Pour qu'ils ne se sentent pas menacés je me mis accroupie et leur tendis la main d'un geste accueillant. L'un deux la sentit et commença à me faire comprendre que je pouvais le caresser, chose que je fis.

Je resta quelques heures à les caresser jusqu'à ce que mon téléphone me ramène à la réalité. C'était un message que ma colocataire m'avait envoyé, elle me disait qu'elle s’inquiétait de ne pas me voir alors qu'il faisait nuit et que ma journée de travail était fini depuis longtemps maintenant. Je lui répondis que j'arrivais.

Le lendemain était le jour qui allait marquer notre première journée de cours dans cette discipline artistique des plus physique. Je m'étais fais une raison, mais mes collègues eux continuer à se révolter. Ils feraient les cours à leur manière et se prirent des professeurs particuliers en danse disant bien sûr que le leur était « le meilleur au monde » rien que ça. Aussi lorsque je me rendis sur les lieux du cours je fus la seule nouvelle élève à se présenter. Je me dirigeais donc vers la personne qui gérait les lieux.

- Bonjour, je m'appelle Kimisore Dong ravie de vous rencontrer. Je suis une nouvelle inscrite, l'entreprise pour laquelle je travaille à du vous prévenir de mon arriver. Dis-je avec sourire.
Dim 20 Jan - 21:31
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Egyptienne
Souad Basta
Date d'inscription : 06/12/2018
Messages : 86
Drekels : 61
Je suis : Professeur de danse le jour, voleuse la nuit
Mon Gamma est : Un pendentif en forme de chat
On m'appelle : Bastet
Je possède le pouvoir de : Galéanthropie - Contrôler les félins - Toucher émotionnel
J'ai prêté allégeance aux : REBELLIOUS
Je suis d'origine : Egyptienne
Egyptienne






IMMERSION
Kimisore Dong &Souad Basta



Les bras s’agitant en l’air, le bassin suivit dans une rotation à quatre-vingt-dix degrés avec une pose violente du pied sur le tapis. Tout devait être réalisé avec un excellent timing, sans temps mort ou la moindre marge d’erreur. Comme sur la route, vous preniez bien le virage, sinon, c’était la mort. Mais ce n’était pas encore le moment de se reposer. Les pieds et les jambes enchaînaient. C’était à leur tour de se montrer en spectacle. Rotation des chevilles, jambes qui accompagnaient, au bout de quelques secondes, c’était à nouveau au bassin d’agir, avant que le torse ne suive pas, se balançant en avant. Le rythme cardiaque qui augmentait, et les muscles qui chauffaient sous chaque effort, étaient tous deux de bons indicateurs du travail accomplie. Cela montrait que je bougeais bien, et que je ne fus pas à la ramasse.

Chacun des mouvements que j’exécutais, fut le symbole d’une liberté douce et agréable. Nul besoin de combat ou de magie pour se sentir indépendante du monde qui nous entourait. Le fait de pouvoir choisir ses mouvements à sa guise et de se laisser emporter par un rythme endiablé, suffisait largement. Les mains dansant dans l’air, les sauts dignes d’une dryade, et l’expression libre du corps exprimaient déjà ce plaisir de liberté. Sans doute, n’égalerais-je jamais le talent de ma chère sœur jumelle Hathor. Elle avait une connaissance de la musique et de la danse, bien plus poussée que la mienne. Toutefois, notre vision de la chose divergeait quelque fois. Mais se retrouvaient assez souvent. Il le fallait bien, si nous voulions que notre grande sœur Sekhmet reste calme. Mais tout ceci n’était que des histoires de famille, aucune intention de vous ennuyait avec cela.

Alors que j’exécutais un nouvel enchaînement de pas et de mouvement, appliquant maintenant les bras qui devaient suivre le corps qui se travestissait en serpent, le signal annonçant l’entrée de quelqu’un, m’interrompue. Toutefois, je m’accordais encore quelque pas, jusqu’à ce que cette mystérieuse étrangère vienne jusqu’à moi. Et avec toute l’amabilité du monde, se présenter. Ainsi, j’interrompais cette chorégraphie et arrêtai par la même occasion, la chaîne hi-fi qui diffusait la musique.

"Bien le bonjour Kimisore. Soyez la bienvenue." Lui souhaitais-je avec mon mythique sourire.

Allant lui serrer la main, j’enchainais :

"Oui, vous devez être la première arrivée. Je suppose que les autres ne vont pas tarder j’imagine."

Une entreprise qui vous engageait, difficile de dire non. D’accord, c’était une belle entrée d’argent, je ne disais pas non, mais je voyais aussi une belle occasion, d’enseigner mon art, la partager à un très grand nombre de personne. Comme je n’arrêtais pas de le dire, la danse était la LIBERTE ! C’était l’amour, la joie, la tristesse, l’accompagnement, la solitude, la haine… C’était la vie même ! Un art qui régissait vos émotions, les exprimant aussi bien qu’il les transformait. Après, cette enseigne désirait surtout que ses petites protégées sachent danser pour raison professionnelle, mais rien ne les empêchait d’user de ce nouveau don en dehors des heures de bureau. Ce que je leur souhaitais.

"Si vous voulez, j’ai un petit salon où nous pouvons prendre une collation en attendant vos amis et collègues. Vous prendrez bien une tasse de thé, sauf si vous êtes plus café."

La journée débutait encore un peu, et puis nous pouvions bien laisser quelques minutes aux autres pour arriver. Des retardataires, il y en avait toujours. Quoi que, j’aurais imaginé qu’ils viendraient tous en groupe. Mais bon, si dans une trentaine de minutes, personne de plus ne viendrait, je commencerais avec ceux dont j’aurais sous la patte. Toutefois, je supposais que d’ici là, deux ou trois personnes de plus, se seront manifester. Que je n’ai pas réserver ces jours pour eux, pour rien. Mon bras se déploya pour qu’avec ma main, j’indique la direction vers le petit salon. Là-bas en effet, nous serions plus à l’aise pour attendre, se détendre même, avant de commencer les choses sérieuses.

Code par Asi'click



Bastet

 

 
Fille du Soleil, aussi douce et chaleureuse que son père, pouvant aussi bien faire mal.
©️ HANSKA.


Lun 21 Jan - 9:06
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t329-c-est-l-heure-de-se-rejouir-mes-petits-chatons-maman-est-rentree#2045 http://caelesti-island.forumactif.com/t341-basta-et-ses-petits-chatons#2065 http://caelesti-island.forumactif.com/t343-la-legende-de-bastet#2073
Revenir en haut Aller en bas
Mortelle
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 59
Drekels : 101
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortelle
Nous nous serrions la main. Ce geste était assuré mais on pouvais y sentir une certaine douceur. Elle était magnifique. Une grande force émanait d'elle, comme si avec sa seule présence elle me donnait de la détermination. Son visage était chaleureux, il te mettait à l'aise. Son regard n'était donc évidemment pas oppressant. On se sentait en confiance, guidée oui, j'ai vu tout ça en un regard alors que je ne l'ai jamais rencontrée avant et alors ?

Après le salutations vint le moment critique. En effet l'entreprise avait payé des cours pour plusieurs personnes. Je suis toute seule. Mon sourire parti, pour laisser place à une mine déçu. Mais bien sûr qu'il vont venir, bien sûr... que non. Pas aujourd'hui en tout cas. Elle semblait si heureuse de savoir qu'elle avoir pleins de nouveaux membres d'un coup. Ça me fit un pincement au cœur.

- Je suis navrée de vous dire que je serais la seule à participer, tout du moins cette fois-ci. Nous n'étions pas préparer à ce qu'ils nous rajoute cette activité. La façon dont-ils nous l'ont annoncé à susciter l'énervement de touts les participants.

Je m'arrêta net. Ce n'était pas à moi de les défendre. Ce que je dis ressemblait à des excuses. Elle ne me connaissait pas, ni l'entreprise, ni ceux qui y travaillent. Ce n'était pas son problème non plus d'ailleurs.

La pièce était bien décorée spacieuse évidemment, pour danser il faut avoir de l'espace, voyons, bien décorée. C'était assez lumineux. La pièce devait souvent contenir pleins de monde, de sourires, de joie, de sueur, de sérieux et peut-être même de larmes. Il devait néanmoins certainement y régner une bonne ambiance. La gérante des lieux corrigent avec tendresse les mauvaises positions, aidant à relever les personnes qui étaient tombées à la suite d'une chorégraphie compliquée, encourageant toujours ces élèves. Tout ses sentiments mirent à vouloir de plus en plus fortement y participer. Je me disais que voulais absolument voir si ce que je pensais était vrai. Je relevais donc la tête motivée que jamais à commencer ce nouvel apprentissage et la regardais dans les yeux.

- S'il vous plais veuillez m'enseigner à jouer, aimer et vivre avec la danse. Je sais que nous ne nous connaissons pas mais j'ai pleins de considération à votre égare et envers ce lieu.

Je tournais la tête vers la salle.

- J'ai l'impression que l'on s'y sent bien et que l'on y apprend à se dépasser, s'exprimer de toute notre âme.
Lun 21 Jan - 17:19
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Egyptienne
Souad Basta
Date d'inscription : 06/12/2018
Messages : 86
Drekels : 61
Je suis : Professeur de danse le jour, voleuse la nuit
Mon Gamma est : Un pendentif en forme de chat
On m'appelle : Bastet
Je possède le pouvoir de : Galéanthropie - Contrôler les félins - Toucher émotionnel
J'ai prêté allégeance aux : REBELLIOUS
Je suis d'origine : Egyptienne
Egyptienne






IMMERSION
Kimisore Dong &Souad Basta



L’entendre mentionner qu’il n’y aura pas d’autres élèves, pas plus d’élèves il y aura, d’autres élèves point il n’y en aura, me fit l’effet d’une douche froide. Comme dans ces dessins animés, où un orage éclatait, mais ne pleuvait que sur un seul des personnages. Moi qui m’attendais à recevoir tout un groupe, une dizaine de personne au moins, suivant mes ordres et mes pas… Voilà que tous mes plans tombaient à l’eau. De l’eau quelle horreur, brrr ! Enfin, certains devaient avoir leur raison de préférer un autre enseignant, bas de gamme sans doute. Le monde de la mode paraissait si égocentrique, si pourri gâtée… Cette Kimisore en était l’exception, au moins elle, elle avait l’humilité de venir ici et respecter la décision de ses patrons. Non mais, on respecte toujours ses supérieurs tout de même !

"Et bien, cela me parait bien fâcheux. Mais nous le ferons entre nous juste, tant pis."

Et pour la facture, je ferais payer à plein tarif tout de même ! Fallait pas exagérer, on me payait pour quelque chose, je respecterais ma part du contrat. Ce n’était tout de même pas ma faute, si les autres eurent leur crise d’adolescence et ne venaient pas. Je trouvais cela si irrespectueux, si immature. Même ma famille divine savait se montrer plus sage, et il y avait des cas ! La preuve, regardez-moi. Mais Kimisore sut me rendre le sourire en me transmettant sa joie. J’ignorais si elle faisait ça pour se montrer polie, ou si c’était sincère. Mais ses mots eurent un tel impact, et son visage rayonnant, réchauffé bien le blé froid dans les champs de joie de mon cœur.

"Votre engouement fait plaisir à voir. Mais je vous conseille tout de même de vous détendre quelques minutes avant. Et vous avez un petit vestiaire à l’arrière pour vous changer, mettez-vous quelque chose de plus léger, je vous retrouve dans une quinzaine de minute, d’accord ?"

L’exercice que nous allions faire, sera très éprouvant. Voyez cela comme un entraînement à la gym. Il fallait y aller avec un peu d’énergie et se préparer mentalement. Après, oui nous pourrons placer quelques pauses par ici et par-là. Il y aura un moment échauffement aussi, une mise à l’épreuve… Mais si mes élèves partaient avec de mauvaises bases, ou une mauvaise santé, nous serions coincés. Je n’étais pas la déesse de la guérison, mais plus du bien-être. Je pourrais jouer sur ses émotions, son humeur, malgré cela, si elle n’avait rien pour carburer derrière, ce serait comme forcer une voiture à avancer. On aura beau veiller sur son bon état, la nettoyer, etc. Si elle n’avait plus de carburant, ben alors c’était balot.

Pendant que Kimisore se préparait, de mon côté, je vérifiais ce qu’on attendait de moi. De la danse classique, c’était bien cela. Selon le formulaire qu’on m’avait laissé, on désirait voir ces mannequins danser ceci. Aucun problème, cela me changera un peu de toutes ces danses modernes. Elles étaient plaisantes, voir cool. Mais un peu de changement ferait de bien. Par contre, le choix demeurait quelque peu étonnant. D’ordinaire, les entreprises cherchaient justement à faire du moderne, jouer sur le côté futuriste des machines et de l’apparence. Toucher les jeunes avec du rap ou de break dance. Pourquoi du classique ? Sans doute, organisait-elle quelque chose en particulier. Mais n’étant pas mon affaire, je m’en moquais comme ma première paire de sandales.

Rangeant mes affaires, je me dépêchais pour rejoindre la petite salle de repos. Il y avait une petite cuisine, avec frigo, plant de travail, évier et micro-onde. Ainsi que des placards de rangement. Dans le coin, à côté de l’évier, se trouvait une petite gazinière. C’était avec que je préparais le thé. Hélas, l’eau dedans devait être à nouveau chauffer et je dus rallumer l’eau. Puis, ouvrant l’un des placards, je sortais des biscuits sablés, que je disposais dans une coupelle.

"Il faudra que je fasse quelques courses, mais ici vous avez de quoi grignoter. Thé ou café ?"

Pour le choix, je sortais le grain de café pour la machine. Et le pour le thé, il s’agissait d’une boite en bois, qui contenait en son sein, de nombreux sachets renfermant des herbes aromatisées. Il y avait du traditionnel, de l’exotique comme les plantes venant d’Asie et du Proche-Orient. Goût chocolat, menthe, pomme, jasmin, lotus, miel… Un beau petit souk aux senteurs et breuvages. De quoi voyager à l’autre bout de la planète, et même dans le temps.

Code par Asi'click



Bastet

 

 
Fille du Soleil, aussi douce et chaleureuse que son père, pouvant aussi bien faire mal.
©️ HANSKA.


Mar 22 Jan - 14:50
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t329-c-est-l-heure-de-se-rejouir-mes-petits-chatons-maman-est-rentree#2045 http://caelesti-island.forumactif.com/t341-basta-et-ses-petits-chatons#2065 http://caelesti-island.forumactif.com/t343-la-legende-de-bastet#2073
Revenir en haut Aller en bas
Mortelle
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 59
Drekels : 101
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortelle
Je vais assister aux cours !!!!!!!! me disais-je. J'étais tellement heureuse. Jamais j'aurais cru m'enthousiasmer autant pour quelque chose qui m'ait été imposé. Le fait d'avoir vu l'extérieur lors du repérage, m'avait fait penser que ce ne serait pas une mauvaise idée d'aller visiter l'intérieur en plein jour cette fois. Était-est-ce grâce aux chats qui avaient égayé ma soirée et m'avaient apaisé, possible.

Seulement une fois à l'intérieur, l'essence de l'endroit me happa. Une énergie et excitation s'empara de mon être. Rien qu'en regardant la pièce où je suis entrée, si grande qu'elle me donna le sentiment d'être un lieu où l'on pouvait se sentir libre. Où l'on était pas jugé, moqué si l'on ratait ou tombait. Ce fut la première fois que ce genre de chose m'arrivait. Que j'avais l'impression de connaître cet endroit, ces gens qui dansaient normalement, alors que jamais je n'y avais mis les pieds auparavant.

Je fus rassurée de voir que ma joie fut communicative. La gérante avait l'air d'être moins peinée. Elle ne se laissait pas démoralisée. Elle m'avait indiqué un vestiaire que je m'empressai de rejoindre pour me changer et un petit salon que je rejoignis après.

En y allant j'aperçus qu'elle disposait des coupelles de biscuits sur la table. Cette salle était plus petite que la principale mais on n'y était à l'aise. Il y avait tout ce qu'il fallait pour s'hydrater, reprendre des forces et se reposer un peu.

- Je prendrais du thé s'il vous plais. Cela fait longtemps que vous enseignez ici ?

Elle me servi une tasse d'eau chaude et je choisis le thé et l'y mis à l'intérieur. Je pris une gorgée. Cela me réchauffa le cœur et m’apaisa. Je regardais mon thé, m’imprégnais de sa chaleur, sa buée me caressant tendrement le visage, sa senteur florale et sucrée me parfumant les narines. Je passais un bon moment auprès d'elle, qui m'avait accueilli avec gentillesse et bienveillance.

- Je trouve que vous avez fait de ce lieu un très bon endroit. Lui dis-je avec un sourire amical. Cela dit, j'espère que je ne vais pas trop souffrir durant vos leçons. Sachant qu'au vu du matériel que l'entreprise m'a confié, j'en conclu que l'on va faire du classique. Chose que je n'ai jamais faite avant. Vous en faites souvent vous ?
Jeu 24 Jan - 23:03
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Egyptienne
Souad Basta
Date d'inscription : 06/12/2018
Messages : 86
Drekels : 61
Je suis : Professeur de danse le jour, voleuse la nuit
Mon Gamma est : Un pendentif en forme de chat
On m'appelle : Bastet
Je possède le pouvoir de : Galéanthropie - Contrôler les félins - Toucher émotionnel
J'ai prêté allégeance aux : REBELLIOUS
Je suis d'origine : Egyptienne
Egyptienne






IMMERSION
Kimisore Dong &Souad Basta



Du thé avait-elle demandé, du thé sera-t-elle servie. Encore ici, je servais dans les fameux petits sachets, rattaché à une ficelle qu’on mettait directement dans l’eau bouillante. Mais chez moi, j’eus pour habitude de faire infuser les herbes aromatisées. C’était plus long, mais ce genre de rituel avait pour avantage d’offrir une saveur plus naturelle et plus forte. Mais que vouliez-vous, de nos jours, les gens voulaient que tout se fasse plus vite, avec moins d’effort et de meilleure qualité. Regardez donc les chats qui eux, savaient profités de la vie. Jamais presser, faisant les choses toujours de la même manière, même si cela devait prendre un temps fou. Mais regardez-moi, je viens me plaindre de quelque chose, alors que nous mentionnant bêtement le thé.

La boisson servit, notre conversation enchaina et bon et du forme. Comme pouvait exiger un quelconque règlement sur la discussion, Kimisore mentionna une chose simple et futile, pour finir sur un sujet un peu plus sérieux. Comprenez-moi, je ne faisais pas une critique. Juste une constatation dont j’étais familière depuis ces derniers trois milles ans.

"Oui je vous remercie. Cela à demander du travail pour monter cette boîte. Je n’étais même pas sûr de ce que j’allais faire en arrivant ici."

Déjà, je ne pensais pas finir en pareil endroit. Et désigné un métier particulier était bien difficile. Surtout que la seule chose qui hantait mes pensées, fut le désir de vengeance, et retrouver ma famille proche. Mais comme tout à chacun du monde des mortels, il fallait vivre par un travail. Et désirant faire presque tout et n’importe quoi, mon choix final s’arrêta sur la danse.

Pour revenir à Kimisore, je sentais que la jeune femme cherchait avant tout à se rassurer sur le déroulé des leçons. Logique, quand on s’initiait à quelque chose de totalement nouveau, on appréhendait sur ce qui allait arriver. Allons nous réussir, ou au moins survivre ? Serons-nous bon à la fin ou bien encore, cela finira dans des rires ou des larmes et du sang ? Personnellement, je n’avais jamais connu pareil sentiment. Toutefois, je le retrouvais beaucoup chez mes élèves, et même chez mes serviteurs. Un trait typiquement humain. Et donc, je me devais être, la plus rassurante et encourageante possible. Un bon parent devait bâtir, et non démolir.

"Oh ne vous en fait pas. Vous êtes venu, c’est le plus important, un très bon départ. Et rassurez-vous, j’adapte toujours ma pédagogie au besoin de l’élève. Votre niveau sera tester et nous travaillerons sur ceux qui est à travail, qu’il y est peu ou tout à revoir."

J’eus des élèves de tout niveau qui ont franchit la porte de mon cours. Aussi bien des professionnels voulant s’améliorer, que de purs amateurs. Et aucun ne fut dénigré. Tous furent guidé vers la perfection, du moins ce qui y ressemblait. Car je veillais à ce que chacun avait une seule chose en commun, la passion. Car sans cela, sans motivation, sans conviction, sans plaisir, comment réussir une telle entreprise ? Nous pourrions jouer des zombis décérébrés qui se contentaient d’agiter les bras et les jambes sans raison. Ou même, abandonnerait après une semaine, si ce n’était après le dernier jour. Ce qui nous menait au dernier point de la grande question de Kimisore.

"Encore heureux que j’aime ce que je fais. La danse réclame un amour et une sincérité quasi sans borne. La danse exprime ce que renferme votre Kâ. Si vous avez la passion en vous, nous le verrons. Mais si votre cœur en est dépourvu, alors aucun voile ne le cachera à la face du monde. Apprenez tous les pas que vous désirez, toutes les astuces de maintien et de mouvement, sans amour, ni passion, cela ne vaut rien."


Code par Asi'click




Bastet

 

 
Fille du Soleil, aussi douce et chaleureuse que son père, pouvant aussi bien faire mal.
©️ HANSKA.


Lun 28 Jan - 19:11
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t329-c-est-l-heure-de-se-rejouir-mes-petits-chatons-maman-est-rentree#2045 http://caelesti-island.forumactif.com/t341-basta-et-ses-petits-chatons#2065 http://caelesti-island.forumactif.com/t343-la-legende-de-bastet#2073
Revenir en haut Aller en bas
Mortelle
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 59
Drekels : 101
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortelle
– Vous n'étiez pas sûr de ce que vous alliez faire en emménageant ici ? Vous aviez quitté votre ancien logement précipitamment ?

Ce qu'elle me dit me fit imaginer toutes sortes de scénarios. Appelez-moi Agatha Christie ou Bong Joon Ho. Une femme se faisant chasser de chez elle par des créanciers malhonnêtes parce qu'elle n'aurait pas pu payer sa dette dans les temps. Un ex venant chez elle pour essayer de la reconquérir à tout prix, etc.

Ensuite elle voulût me rassurer sur le programme de mon « stage » si je puis dire. Apparemment nous n'allions pas entrer directement dans les étirements puis la leçon. Elle allait d'abord me faire passer ce que je nommerais « examen » pour voir mon niveau, ce que je savais déjà faire. Ce qui semblait normal pour savoir par où commencer. Je rêvais la scène, elle ayant mit de la musique, moi essayant de caler mes pas sur le rythme de celle-ci, essayant de faire ma propre chorégraphie. Dansant comme une véritable ballerine et elle me regardant avec un visage admiratif. Est-ce que j'ai déjà bougé sur du classique ? Non.

Puis me confirma sa passion pour cet art. Ça façon de m'en parlait était si belle. On sentait que c'était son cœur qui répondait, ça venait du plus profond de son âme.

– Vous ne saviez pas ce que vous alliez faire en arrivant ici ? Pourtant, lorsque l'on vous entends, si vous aviez fais un autre métier, vous n'auriez sûrement pas été heureuse. Vous êtes vraiment faite pour la danse, si vous ne pouviez pas bouger votre corps vous ne devez plus être la même personne. Avec, vous êtes passionnée, enjouée, libérée, sans, vous devez être lasse et morose. Je suis heureuse d'avoir rencontré quelqu'un comme vous qui a confiance en ce qu'elle fait, ce qu'elle aime. J'ai hâte de commencer votre test et savoir mon niveau.

L'écouter me rendait de bon humeur, me conférait de la joie. J'aimais ce que je faisais dans mon métier, mais je n'en parlais pas aussi bien. Je n'aurais pas penser être mannequin étant petite, à ce moment d'ailleurs, avais-je un rêve ? Je me le demande. J'ai toujours vécu pour les études, puis les amis et de fil en aiguille... Ce que je fais dans ma vie est assez épanouissant mais il faut suivre ou dirais-je survivre ? Cette réflexion me fit rire intérieurement.
Ven 1 Fév - 21:45
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Egyptienne
Souad Basta
Date d'inscription : 06/12/2018
Messages : 86
Drekels : 61
Je suis : Professeur de danse le jour, voleuse la nuit
Mon Gamma est : Un pendentif en forme de chat
On m'appelle : Bastet
Je possède le pouvoir de : Galéanthropie - Contrôler les félins - Toucher émotionnel
J'ai prêté allégeance aux : REBELLIOUS
Je suis d'origine : Egyptienne
Egyptienne






IMMERSION
Kimisore Dong &Souad Basta



Quitté précipitamment mon ancien « logement », vous n’aviez pas idée. Un instant, vous étiez au pied d’une immense montagne à vouloir arracher des têtes, l’instant suivant, c’était sur une île dépourvue de votre ancienne vie. Je me souvenais encore, comme si c’était hier. Deux camps qui s’affrontaient violemment, le pire champ de bataille que j’eus vue de ma vie. Ces hurlements qui ébranlaient la terre, le tonnerre qui grondait tout autour… Les éclairs qui fracassaient le sol et les rangs adverses… Un chaos des plus violent. D’ailleurs, la guerre même pour l’Ordre, n’était pas très ordonnée en principe. Et moi, telle une furie, je bondissais sur chacun de mes ennemis, griffes dehors pour lacérer leur peau. Et alors que nous arrivions sans doute à l’apogée de cette guerre, le souffle fort, transformant le monde environnant en un cratère fumant, ce flash nous surprit tous. Comme si le Soleil lui-même venait s’écraser sur nous, nous nous retrouvions prisonniers ici, privé de notre ancienne vie. Un coup des faux dieux-rois. Et je repensais à cela, avec une pointe de nostalgie, me remémorant ma vie de famille jadis, bien avant tout ce drame.

"On peut dire ça oui… La situation géopolitique était bien trop instable et l’est encore..."

Maudit Amon ! Usurpateur de trône ! C’était mon père Râ qui méritait ce titre, lui qui avait contribué à la création du monde. Mais cette pimbêche d’Isis la obligé à quitter son trône au profit de son macchabée de mari, puis Horus et enfin, ce fripon d’Amon. Et encore, je restais poli même en pensée. Car croyez-moi, j’aimerais bien les désigner sous d’autres désignations, bien moins valorisantes. Mais ce qui me retournais le plus, fut que Râ lui-même semblait le vivre, l’accepter sans rien tenter. Cependant, nous nous éloignons quelque peu de notre sujet principal. Si je devais continuer ainsi, je mentionnerais encore ma famille proche brisée et dispersée, etc. Un autre argument qui me donnait raison d’en vouloir à ce faux roi.

Kimisore semblait vouloir se montrer réconfortante. Personnellement, je trouvais qu’elle en faisait un peu trop, mais je n’allais pas lui en tenir rigueur. Même si ses mots semblaient plus pousser vers la flatterie, je sentais un désir sincère de se montrer aimable et consolante. Souvent, les gens ayant bon cœur faisaient leur maximum, pour apaiser celui des autres. Ils ont le mérite d’essayer et de ne pas chercher un quelconque profit derrière de si belles paroles.

"Je vous remercie… Et nous allons justement le découvrir maintenant."

Me dirigeant vers ma chaîne hifi, je lançais la première musique classique que j’avais sous la main. La machine s’enclencha, et lança la piste audio.


La mélodie emplissait toute la pièce de son chant envoûtant et calme. Sans être une mélopée lugubre, la musique était une voie qui dictait au corps humain de suivre ses ordres avec douceur, comme une mère conseillant son jeune enfant. Me mettant sur la pointe des pieds, j’obéissais à ses instructions, comme si je perdais toute volonté propre, devenant une marionnette par cette magie connue de tous. Mais vous allez me dire « Souad, tu n’es pas en tenue et n’a pas les chaussures qu’il faut, comment vas-tu donc faire ? » C’était très simple Fred… Pourquoi je disais ca au fait ? Étant une déesse féline de la danse, mon corps gardait cette agilité et cette souplesse surnaturelle qui me définissait bien. Ce même corps était l’avatar de la danse, de l’expression corporelle pouvait donc danser n’importe quoi, sans matériel et réelle préparation. Et donc, je pouvais agir ainsi, sans ressentir les effets de la douleur, du moins pas aussi vite que vous.

Alors je dansais. Juste quelques pas simples, la jambe qui se levait pour atteindre la tête, un demi-tour sur moi-même, quelques pas chassés… Ce corps dont je venais de vous parler justement, ne m’appartenait presque plus. Il suivait toujours la musique, sans moyen d’en faire autrement. Quelques petits sauts me donnèrent l’impression d’être libre, que chaque bon me donnait le pouvoir de m’envoler pour rejoindre un nouvel univers, où la logique et les lois de la physique n’eurent plus lieu d’être. Mais ne nous emballons pas, mort de rire. Ballet, emballer vous saisissez ? Zut, ceci n’était qu’une mise à l’épreuve. Car après vingt secondes seulement pour montrer une série de pas, je m’arrêtais déjà, ramenant ma jambe pour la croiser avec la seconde et me tourner vers Kimisore.

"Parfait ! A votre tour à présent, essayez de refaire la même chose."

Code par Asi'click



Bastet

 

 
Fille du Soleil, aussi douce et chaleureuse que son père, pouvant aussi bien faire mal.
©️ HANSKA.


Lun 4 Fév - 9:00
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t329-c-est-l-heure-de-se-rejouir-mes-petits-chatons-maman-est-rentree#2045 http://caelesti-island.forumactif.com/t341-basta-et-ses-petits-chatons#2065 http://caelesti-island.forumactif.com/t343-la-legende-de-bastet#2073
Revenir en haut Aller en bas
Mortelle
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 59
Drekels : 101
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortelle
Ça y est, nous y sommes. Le test commença. Elle alluma la radio et se mit à enchaîner quelques pas. Premièrement, elle se teint sur la pointe de ses orteils. Notons qu'elle ne portait pas de ballerines. Elle ne tremblait absolument pas, toute droite. Dans un élan de grâce, elle hissa sa jambe au niveau de sa tête, doigts de pied toujours en flèche. Tourna sur elle-même sensuellement puis fit quelques pas chassés, etc. Vingt secondes plus tard, elle avait terminé et se tenait devant moi, les jambes croisées, me regardant. Elle n'était pas douée simplement pour parler de danse, elle excellait aussi dans la pratique.

En parlant de ça justement, elle m'incita à reproduire sa chorégraphie. Je tentais tout d'abord de m'étirer le plus haut possible, de manière à ce que seul le bout de mes orteils touchent le sol, sans appuis. Je tenais à peine plus d'une seconde. Je me dirigeais donc vers une des barres de maintien puis retentais cet exercice, une main accrochée à celle-ci. Sans succès. Je décidais tout de même d'enchaîner la suite. Toujours en la tenant, j'essayais de lever ma jambe le plus haut possible. Celui-ci se trouvant être le niveau de ma poitrine. Bon début n'est-ce pas ? Rien que ces deux figures me provoquaient des douleurs. Malgré tout, je ne me résignais pas encore à abandonner. Je lâchai la barre et poursuivis en tournoyant sur la plante des pieds du coup, puis fis quelques pas chassés. J'achevais en reproduisant la pose de mon professeur.

La musique était finie. Je me retrouvais en sueur, courbaturée et épuisée. Je manquais de m'écrouler. Je pris donc la décision de m’asseoir à terre afin de reprendre mes esprits et de ne pas tomber. Je ne voulais pas me faire encore plus mal.

– Je vais bien, je me suis arrêtée trop brutalement et ai agis rapidement pour un début. Je vais me reposer un petit moment ici, j'ai la tête qui tourne un petit peu. Désolée de vous montrer cet égarement.
Mar 5 Fév - 22:47
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Egyptienne
Souad Basta
Date d'inscription : 06/12/2018
Messages : 86
Drekels : 61
Je suis : Professeur de danse le jour, voleuse la nuit
Mon Gamma est : Un pendentif en forme de chat
On m'appelle : Bastet
Je possède le pouvoir de : Galéanthropie - Contrôler les félins - Toucher émotionnel
J'ai prêté allégeance aux : REBELLIOUS
Je suis d'origine : Egyptienne
Egyptienne






IMMERSION
Kimisore Dong &Souad Basta



Ma nouvelle élève débuta, et l’impression générale ne se fit pas attendre. Qu’on se rassure, je n’avais aucune exigence à ce niveau si du cours. Ceci n’était qu’un examen, un test, non pour noter comme une évaluation de fin d’année, mais pour juger le niveau de l’apprentie et accommoder les cours. Donc, ce n’était pas à ce moment-là, que je risquais de crier, gronder et faire tant de reproche. Ce sera pour plus tard. Pour l’heure, je me disais « Moui, y’a du boulot. Mais quelques bases on peut dire. » En tout cas, ces quelques efforts eurent déjà raison de la jeune femme. Qui après ces quelques pas, s’écroula presque au sol, épuisé.

Arrêtant la musique, je comprenais qu’effectivement, Kimisore ne devait avoir l’habitude de danser. Du moins de cette manière. Me rassurant sur son état, je terminais intérieurement à lui donner mon avis, choisissant parfaitement mes mots. Aucune intention de la blesser ou pire, la briser. Il fallait savoir lui annoncer les choses, sans pour autant lui provoquer le moindre découragement. Sinon, on pouvait dire que le cours était terminé, chacun rentrerait chez soi.

"Et bien, il y a effectivement du travail à faire. Beaucoup, je ne vous le cache pas. Mais vous avez des aptitudes propices pour la danse. Les bases je pense, seront vite apprise, et avec un peu d’effort, vous pourrez progresser en un éclair."

Chacun avançait à son rythme. Et je pouvais voir rapidement, à quelle allure ils pouvaient y arriver. Pour cela, je préférais l’annoncer de manière franche, mais pas brutale à Kimisore. Cette dernière pouvait vraiment faire des progrès rapidement et en oublier ses débuts pour ne plus que se voir, en véritable professionnelle de la danse. Toutefois, gardons cette image comme objectif à atteindre. Car nous n’étions pas arrivés encore à ce stade, un long chemin nous attendait.

"Avant de commencer le premier cours, nous allons faire un peu de « théorie. » Prenez donc un peu d’eau, et profitez-en pour souffler un peu. Car là, nous allons surtout user de notre langue et de notre esprit."

A présent que je connaissais son niveau, nous allions attaquer les choses plus sérieuses. Dans ma méthodologie, j’eus remarqué que bien souvent, les professeurs de danse, se contentaient du superficiel. S’assurant que leurs élèves sachent mettre un pied devant l’autre, ils ne se préoccupaient pas de l’intérieur de leur œuvre. Et cela posait souvent des problèmes, rien que sur le plan de l’apprentissage. Alors que moi, sans vouloir me venter, je cherchais à aller plus loin que cela. Et Dong n’allait pas tarder à s’en rendre compte.

"Petit cours philosophique. La danse est avant tout, l’expression de l’âme. C’est un message qui reflète ce que pense et veut dire votre cœur. Pour qu’il soit compréhensible, il doit être en accord l’un l’autre. Vous ne pouvez pas danser la Samba, si vous êtes triste. Vous ne pouvez pas rester sur place et balancer vos bras au vent, si vous être joyeuse et dynamique. C’est une question d’état d’esprit."

On ne le disait pas souvent justement. Mais oui, une danse ne pouvait être parfaite, si notre cœur, ou esprit, n’était d’humeur à partager le sentiment véhiculé par les pas demander. Si on était énergique, on voudrait bouger. Si on était fatigué, ce serait l’inverse etc.

"Il faut donc une très bonne cohésion entre vous, vos ressentiments, et votre danse. Ainsi, quel que soit la chorégraphie, elle viendrait plus naturellement. D’instinct je dirais. Cela vous éviterait de trop réfléchir à « Quel pas ou que dois-je faire après » et risquer de tout mettre en l’air. Vous comprenez ?"

Encore, le plus dur dessus, était de jouer avec ses sentiments. On pouvait danser sur le coup pour exprimer ce que l’on ressentait. Mais quand la danse était imposée, la c’était un peu plus compliquer. Mais pas impossible.

"Exprimez donc vos sentiments. Utilisez-les comme carburant pour votre dancing machin ! Par exemple, en écoutant la musique classique, qu’est-ce que cette dernière vous fait ressentir ?"

Code par Asi'click




Bastet

 

 
Fille du Soleil, aussi douce et chaleureuse que son père, pouvant aussi bien faire mal.
©️ HANSKA.


Sam 9 Fév - 18:41
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t329-c-est-l-heure-de-se-rejouir-mes-petits-chatons-maman-est-rentree#2045 http://caelesti-island.forumactif.com/t341-basta-et-ses-petits-chatons#2065 http://caelesti-island.forumactif.com/t343-la-legende-de-bastet#2073
Revenir en haut Aller en bas
Mortelle
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 59
Drekels : 101
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortelle
Le verdict tomba. Il ne fut pas très sévère, plutôt motivant même. Je pensais de plus que je l'avais bien jugée. J'allais apprendre dans de bonnes conditions, en étant à l'aise. Ma meneuse me poussant vers l'avant. M'encourageant.

Elle me dit de me désaltérer, chose que je pensais faire de moi-même et qui donc était un bon conseil. Son visage n'avait à aucun moment l'air inquiet. Elle devait sûrement être habituée dans son métier à voir des gens vaciller. Ce lieu devait regorger de gens se démenant afin de se perfectionner d'habitude.

– Oui je vais me chercher de quoi m'éviter de finir desséchée. Je pense que prendre une pause pour reprendre mon souffle est une bonne idée.

Je me sentais un peu mieux maintenant. Les étoiles ne tournaient plus au dessus de ma tête. Je ne les voyais plus d'ailleurs, nous ne sommes pas dans un cartoon ? Vous êtes sur ? J'aurais bien cru pourtant. Cela me paressait être le bon moment pour tenter de lever le plus doucement possible, pour évitées qu'elles ne reviennent s'agiter de plus belle.

Une fois sur mes deux pieds, j'entrepris de me mouvoir au petit salon y étancher ma soif. Il était vrai qu'après tout ces efforts dans le but de monter ce que je savais faire, ou plutôt ne pas faire, j'en avais grandement besoin. Je me demandai s'il était juste de prendre quelque chose à manger puis me  résolu à ne prendre que du liquide. Une fois ceci fait, je reparti en direction de mon hôte.

Elle m'informa que nous allions débuter par un peu de philosophie. La façon de faire nos mouvements, reflètent notre personnalité, notre état d'esprit du moment. Cela permet de s'ouvrir au monde. De nous montrer tel que nous sommes véritablement, sans mentir.

– Je comprends. Si notre humeur ne correspond au tempo demandée, nous risquons de ne plus être très dissociable d'un robot.

Ce dont elle me parlait me semblait logique. Je ne pouvait qu'être de son avis.

– Quand j'écoute de la musique classique. Je ressens de la souffrance à force de s'étirer au maximum, ainsi que le rythme d'enchaînement. La détermination à atteindre son but, ce que l'on désir vraiment. La grâce, l'élégance,la douceur du geste parfaitement exécuté. La justesse et la délicatesse des sentiments que la musique nous fait éprouver. Le bonheur et la fierté d'avoir réussi un tel exploit et de le partager aux autres. Puis-je vous retourner la question ? Votre point de vue m’intéresse grandement.
Hier à 21:52
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: