::  :: Ardreven :: La jungle Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Le jeu du loup et du tueur [pv Kimisore Dong]
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



De hauts murs verts qui serpentaient dans tous les sens et qui défilaient devant nous, tel ces toiles de fond qu’on pouvait voir dans de vieux films. Peu importe la vitesse par laquelle on traversait cette immense ville végétale, ce royaume semblait s’étendre à l’infinie. Tout autour de nous, on pouvait y voir de nombreux passages qui s’engouffraient entre les colonnes soutenant ce dôme qui nous dominait. Où menait chacun de ces chemins ? Nous feraient-ils tourner en rond pour nous perdre ou bien finir en un cul-de-sac ? C’était à se demander si Thésée, éprouvait la même sensation quand il entre dans le labyrinthe, hanté par le Minotaure. Mais contrairement à ce héros impudent, notre chemin à nous, était tout tracé.

On pouvait ignorer ces chemins de terre qui se perdaient dans la pénombre grandissante. Car notre route n’était faite de boue et de pierre, mais de bitume qui coupait en deux, l’immense jungle. Oublions donc le mystère entourant cet empire verdoyant qui se mourrait en même temps que le soleil. Mon intention fut portée sur tout autre chose. Mains sur le volant, je suivais le serpent de goudron au sol, comme guidé par mon instinct. Phares bien allumés, j’avançais en toute confiance vers ma destination.

"Je n'arrive pas à croire que tu m'as entrainer la dedans Jerry. J'espère que tu me mènes pas en bateau." Disais-je à l’intention de mon passager à ma droite, avec un petit sourire amusé.

Le principal intéressé ne s’empêcha pas non plus de lâcher un rire à son tour. Bras posé sur le rebord de sa portière, il agita l’autre main comme s’il se croyait dans une présentation théâtrale. D’ailleurs, si on le laissait faire, il pourrait vous monter un beau spectacle. Un vrai One-man-show.

"Allez quoi Derek ! On a bien mérité de se détendre après cette saleté d'enquête ! Et puis, c'est entre amis, je paris que tu vas les aimés."
"Je n’en doute pas." Répondis-je avec sarcasme.

Il fut vrai cependant, que notre dernière affaire nous avait plus qu’éreinté. Poursuivre des criminels n’était en rien une sinécure. Mais après des mois d’investigations, nous avions pus la boucler pour de bon. Ok, pour obtenir les infos de notre dernier gars en gardes à vue, j’y suis allé un peu fort. Mais ce n’était rien quand je suis tombé sur le bras droit du chef d’un gang. Après quelques échanges « courtois », nous avions eu tout ce qu’il nous fallait pour envoyer ces chiens galeux au trou. Et pour fêter ça, mon coéquipier Jerry dut insister pour que je vienne assister à une petite fête, organiser par l’un de ses amis. Une fête se trouvant au beau milieu d’une jungle.

Sans doute aimeriez-vous plus de détail. Plus tard, je ferais sans doute une meilleure déposition. Pour l’heure, il fallait penser à se décontracter. N’étant pas contre l’idée de me lâcher, je suivais mon coéquipier jusqu’ici. Un peu de musique, un peu de boisson, une danse peut-être… Rien de bien méchant quoi. Même un inspecteur avait le droit de s’amuser un peu. Et cela me changeait un peu des restos et des bars que je fréquentais plus souvent.

Nous arrivions enfin à destination. La maison était plutôt moderne. Enfin, cela ressemblait à un curieux mélange de chalet de de villa. Mais vue les étranges hybridations sur cette île, ce n’était pas ça le plus choquant. Nous garant, Jerry se comporta presque comme un ado pressait d’être en boîte. Il me devança donc en descendant de la voiture et fit presque des petits sauts, m’accompagnant tout le long de l’allée, jusqu’à l’entrée.

"Je te le garantie vieux, tu ne vas pas regretter d’être venu."
"Je sens que je le regrette déjà." Disais-je pour le provoquer, mais n’ayant pas réussis à miner l’enthousiasme du second inspecteur.

Les portes s’ouvrirent à notre arrivé, et nous fûmes déjà accueillit par la musique techno, ou électro je ne savais jamais les distingués. Ainsi que les lumières, confettis, et ballons. Quelle étrange décoration. Mais un rapide coup d’œil me fit vite comprendre dans quel genre de fête, je me retrouvais.

"Bon sang Jerry ! C’est un anniversaire t’es dingue ? Je connais personne ici." M’exclamais-je sur un ton quelque peu irrité.

Mais trop tard pour faire machine arrière, je fus immédiatement entrainé dans la masse. Très vite, de nombreux convives dansèrent et rigolèrent tout autour de moi. Quand un regard croisa le miens, je souriais et je hochais la tête pour dire « Salut » sans trop attirer l’attention. Ce stratagème fonctionnait on dirait. Tant mieux non ? Car je me voyais mal justifier ma présence parmi tous ces étrangers.



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Mer 30 Jan - 19:46
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Kimisore – Une fête oui, mais... je regardais l'immensité de la nature, d'arbres et d'autres végétaux en face de moi. ...dans la jungle ? Tu es sûr que tes amis sont sains d'esprit ? Dis-je à la personne m'ayant traîné ici. Tu m'avait dis que la seule chose extraordinaire la dedans était le monde qu'il y aurait.

Amie – Si je t'aurais dit la vérité tu ne serais pas venue. Prétextant que tu n'avais pas assez de jours de repos pour bien de te détendre dans ton canapé ou te mettre au goût du jour en regardant la télé. Je peux te garantir que rencontrer de nouvelles têtes peut être plus enrichissant pour toi et qui sait peut-être que eux pourront te dire les nouveautés.

Elle était à coup sûr plus motivée que moi. Je viens de sortir d'une semaine intense ! Me disais-je en pleurant en mon fort intérieur. Cette jeune femme avait été invitée par un ami qui connaissait une personne dans la fête qui était proche de l'un des organisateurs. Nous étions dans la jungle. Dehors. Aucune maison en vue, ni d'âme humaine, seulement quelques animaux mignons et un qui courait vers nous l'air menaçant.

Amie & Kimisore - AAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!

Nous fuîmes à tout allure pour sauver nôtre vie. J'étais fatiguée mais l’adrénaline vous savez, ça vous donne une sacrée énergie. Même si ce à quoi nous voulions échapper était très rapide, nous le furent également. Nous visitions donc cet endroit comme si nous participions à un marathon. J'entendais déjà les « commentateurs », les autres animaux devant nous observer, dire des choses comme Oh ! Regardez la première concurrente à l'air de dépasser la seconde ! Mais non Michel voyons, c'est la seconde qui dépasse la première concurrente ! Etc.

Au bout d'une longue séance sportive, j'espère ne plus avoir à courir cette semaine, pensais-je l'âme en peine, nous nous aperçûmes que la créature ne nous poursuivait plus. Sans doute avait-elle trouver quelque chose plus intéressant.

Amie et Kimisore à bout de souffle – Maudits animaux de la jungle !
Kimisore – Je te rappel que c'est ton idée cette histoire.
Amie – Oh, arrête de faire ta rabat-joie et regarde, nous sommes finalement arrivées.

Nous nous trouvâmes devant un chalet luxueux. On entendait déjà clairement la musique qui résonnait en son sein. Quelques rires parvinrent tout de même à nos oreilles. Ces personnes ne devaient pas se trouver très loin de nous. Nous entrâmes et virent qu'il y avait en effet tout un joli monde. Beaucoup dansaient. Je croisai le regard d'un homme qui s'était fait encerclé par des gens qui se déhanchaient et riaient. Il m'adressa un sourire que je lui rendît. Je sentais que nous n'étions tout deux pas très à l'aise.
Ven 1 Fév - 22:34
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



On pouvait vraiment dire que la transition entre la jungle sombre et calme, et cet intérieur des plus festive était violente. Non seulement pour les yeux, mais les oreilles également. Surtout quand vos sens sont censés être plus aiguisé que ceux des simples mortels. Mais je faisais avec. Toutefois, mon véritable gène ne venait pas de l’ambiance plus que bruyante, c’était le fait de me retrouver dans une fête où je n’étais pas spécialement invité. Excusez-moi, mais un anniversaire restait quelque chose de privé, d’intime. Malgré cela, il était vrai que vue la populace ici, il serait difficile pour l’hôte de reconnaître ses véritables convives.

Tous ces gens qui s’agitaient comme s’ils étaient en transe… Leurs bras qui s’agitaient en l’air et leurs jambes et leur bassin qui bougeaient comme des arbres prit dans une tempête. J’eus la suspicion que quelques substances illicites circulaient par ici et par là, ce qui ne serait pas étonnant. Étant flic, il était de mon devoir de combattre ce fléau. Pour cela que je ne fumais pas, et sniffais rien. Mon plus gros poison restait la bière ou ceux qui s’en approchait. Sinon, je veillais toujours à maintenir ce corps qui m’était offert en bonne santé, en prendre soin comme un véritable trésor. Et d’ailleurs, je n’eus qu’à renifler pour sentir que justement, certains des fêtards avaient bien prit quelque chose. Pas tous heureusement.

Cependant, loin de vouloir me jeter sur ces éventuels consommateurs, je gardais mon fameux sourire qui avait forgé ma réputation. Etais-je amusé par la situation ? Peut-être bien un peu. Surtout que je trouvais quelque chose à rétorquer à mon compagnon de fête.

"Je ne sais pas pour toi, mais j’ai comme l’impression que cette fête n’est pas si réglo que ça."

Jerry leva les bras en l’air, se mettant à souffler. Il savait que ma remarque avait un fond d’humour. Mais comme pour tout le monde, personne ne le suivait où désirait s’y prêter. Il lâcha un petit râle.

"Bon sang Derek ! Fais pas ton rabat-joie sadique pour une fois ! Lâche toi un peu, et amuses toi mec."

Me lâcher un peu… Le voleur de sac et de téléphone à qui j’ai broyé les jambes et les mains, ça comptait ? Il ne volait même pas par besoin d’argent, c’était un minable que je n’eus aucun remords à lui faire passer un sale quart d’heure. Une vraie pourriture, un sale jeune qui préférait gâcher sa vie, car il rêvait de devenir gangster. Mise à part ce « plaisir », je voyais bien de quoi il parlait. Danser, rigoler, je pouvais le faire. Plus d’une personne pouvait le faire. Mais au milieu de toute cette foule, de ses étrangers, je me voyais mal me coller en eux. Et l’épreuve devenait plus forte quand Jerry me lâcha qu’il devait s’absenter pour retrouver quelqu’un et qu’il reviendrait vers moi sous peu.

Je levais les yeux en l’air en lâchant un "Misère." En même temps, c’était prévisible non ? Vos potes, vous abandonnez facilement en boîte ou dans une Party pour s’amuser de leur côté. En même temps… Je sentais qu’il y avait autre chose. Quoi, je ne serais vous le dire, car c’était étrange. Une sorte d’histoire dans l’histoire. Un truc bien tordu. Sans doute, me faisais-je des idées, alors autant en profiter pour se détendre un peu, et voir comment les choses évolueraient. Donc, je me dirigeais vers le buffet. Rien de bien extraordinaire, du ponche, des friandises, vins, bières… Personne pour surveiller ? Perso, je ne me plaignais pas, mais si aucune âme n’était là pour s’assurer que qui que ce soit finisse par hurler et tirer par tout ivre… Enfin bref.

Sur une pile de verre plastifié, je pris un gobelet pour me le remplir de ponche. Juste le jus, avec un ou deux morceaux de fruits seulement. On allait commencer doucement tout de même. Approchant donc le contenant du bout de mes lèvres, mes yeux se posèrent sur une jeune femme tout près de moi. Non, ce n’était pas le mode drague qui était activé, juste que je reconnaissais son joli minois. En effet, je reconnaissais bien ses traits et… Son odeur. Elle faisait partie de ceux que j’avais un peu bousculer par accident tout à l’heure.

"Bonsoir. Désolé pour tout à l’heure, je peux être quelques fois brusque." M’exclamais-je avec toujours ce sourire qui ne me quittait jamais du coin des lèvres.



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Lun 4 Fév - 9:28
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Cela se voyait qu'il ne se sentait pas à sa place ici. Il regardait les alentours, l'air de chercher quelque chose auquel se rattraper. Il pensait sûrement que ça le détendrait un peu.

Amie – Hé oh ! Hé oh ! Y a quelqu'un là dedans ?! Elle agitait sa main devant mes yeux. Depuis combien de temps ?

Kimisore – Je secouai la tête. Désolée, tu me parlais ? J'observais l'homme qui nous avait bousculé.

Amie – Je vois ça. Je ne savais pas que tu étais du genre à tomber amoureuse au premier regard ? Me dit-elle sur un ton espiègle.

Kimisore – Parce que tu me connais peut-être ? Rétorquais-je sur un ton de défi.

Nous rîmes. Nous aimions bien nous taquiner. Qui ne s'y adonnait pas de temps en temps ? Je reconnais que ceux qui allaient trop vite en besogne, les commères, auraient pensé ce qu'elle a dit. Observer autant un inconnu montrait certes une sorte d'intérêt. Ça correspondrait même à un coup de foudre pour ces personnes.

Amie – Bon, je vais chercher mon ami dont je t'ai parlé. Tu veux venir avec moi ?

Kimisore – Non, merci. Je vais essayer de repérer un peu les lieux, les différentes choses que renferme cet endroit.

Amie – Et observer les gens afin de deviner leur tempérament et se qu'ils font dans leur vie quotidienne.

Kimisore – La Grande voyante Kimisore serait alors démasquée ?! Fuyons !

Nouveaux éclats de rires. Nos personnalités se complétant. Nous nous connaissions depuis quelques temps déjà. Au départ notre bonne entente n'était pas garantie. Chaque fois que l'on se voyait nous ne nous parlions point. Pas même un regard. Peu à peu nous échangeâmes. De plus en plus, petit à petit nous apprîmes à nous apprivoiser. Je ne vous en dirais pas plus, la suite au prochain épisode de cette belle amitié. Sur ce, elle partie. Je décidais de jeter un œil aux alentours. Il y a avait tellement de monde. Elle avait eu du mal à se frayer un chemin. Je voyais à peine où était le buffet. J'entrepris donc un périple vers cette destination, afin de me repaître d'une douce liqueur. Ma main se posa sur une bouteille de jus que je servis dans un gobelet. J'en bu une gorgée et reconnu l'homme de tout à l'heure, qui débuta la discussion.

Kimisore – Ce n'est rien, se déplacer sans se bousculer dans ce genre de situations, avec autant d'invités n'est pas chose aisée.

Je regardais mon verre, l'agitant, observant le liquide se mouvant tel de petites vagues. Je jetai un œil à cet homme à qui mes paroles, mes sourires s'adressaient. Il m'intriguait. Tout pleins de questions se pressaient dans ma tête.

Kimisore - Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que vous ne vous sentez pas à votre place. Vous-as-t-on plus qu'incité à venir ici ? Si c'est le cas, nous sommes dans le même bateau. Dis-je avec un doux sourire.
Sam 16 Fév - 21:45
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



L’intensité de la musique et de la frénésie ambiante ne semblait vouloir baisser. Je me souvenais justement, de cas où plusieurs agents ont dû intervenir dans des Party qui s’éternisaient au-delà de l’aurore. Et quand cela durait bien trop longtemps, il y avait du dégât. Quelle histoire ce serait, si cet anniversaire finissait ainsi, et qu’on retrouverait des gens de police ici même. Devrais-je jouer mon rôle de flic et intervenir quand les choses déraperont, ou bien faire profil bas et profiter des réjouissances comme tout le monde ? Me connaissant, je risquais fort de faire les deux.

La jeune femme ne semblait pas me tenir rigueur pour la bousculade, encore heureux. Et non plus prise par l’ivresse ou la drogue pour avoir un comportement désordonner. Peut-être bien qu’elle venât tout juste d’arriver aussi. Cependant, elle ne priva pas pour me questionner. Et sa remarque eut le mérite de me faire lever le sourcil, face à la pertinence de sa demande. Cela me coupa même dans mon élan consistant à m’abreuver.

"Perspicace. Me serais-je donc trahit si facilement ?" Demandais-je sur un ton amusé.

Qu’allais-je dire par la suite ? Que j’étais une sorte d’opportuniste, voulant profiter d’une fête plus ou moins privé ? Ou que je me suis égaré, ne m’attendant pas à trouver un anniversaire ici même ? Quelle bonne blague cela parait-il. Moi-même je n’y croirais pas, alors que je serais que c’était la vérité. Mais bon, devais-je vraiment me justifier ? Ici, on pouvait y entrer comme dans un moulin, et l’hôte devait sans nul doute se réjouir de voir autant de monde, sans se soucier de qui, entrait. Comme sur une page Facebook,le nombre « d’amis » faisait plaisir à voir. Et je faisais partie de ces nombreux inconnus qu’on appréciait la venue, sans pour autant chercher à me connaître.

Pour revenir à notre amie, je ne comptais pas par contre, déjà dévoiler tout mon jeu. Enfin, narrer ma vie et expliquer le pourquoi du comment de ma présence ici, comment ais-je échouer ici. Je préférais retourner un peu la situation.

"Et vous alors ? On vous a donc trainer ici de force ? Ou bien vous avez quand même un lien avec l’organisateur de cette soirée ?"

Je la croyais sans peine qu’elle fut ici aussi kidnappée par ses proches. Et visiblement, abandonner tout autant par ces derniers dans un lieu paraissant tant hostile. La musique changea, mais les activités de chacun non. Imperturbable, tous continuaient à s’agiter sans se soucier plus que de cela de leur environnement. Et pour ne pas changer, j’étais partager entre l’amusement et l’inquiétude. Oui je voulais aussi rigoler un peu, normal. Mais comme la dite cette inconnue, je n’étais pas vraiment à ma place ici. Demeurant toujours un intru, je ne sentais pas de réel feeling avec cet endroit. Sans doute était-ce mon légendaire flaire qui m’avertissait d’un danger, mais je ne fis pas grand-chose non plus. Restant planter là, mon regard continua d’examiner la foule agitée tout autour de nous.

J’aurais bien aimé retrouver Jerry. M’assurer qu’il allait bien cet idiot et que je n’étais pas seul pour autant. Hélas, mon compère était impossible à repérable. Même son odeur fut comme masquer par toutes ces effluves de parfums, de déo, de transpiration, d’alcool et de fumée… Et ma superbe vue ne fut pas mieux traité. En réalité, je me sentais comme le commun des mortels, où mes « pouvoirs » me furent momentanément privé à cause de la fête. A moins bien sûr de quitter cette pièce et trouver un endroit plus calme.

Ce serait même fort tentant. Car à part traverser la salle en souriant et balancer des remarques sarcastiques, je ne me voyais pas grand-chose d’autre à faire.

"C’est donc votre style de soirée ?" Questionnais-je à nouveau la jeune inconnue pour détendre l’atmosphère.

Lorsque tout à coup, les lumières, déjà faibles, moururent pour nous laisser dans la pénombre. Ce changement brutal de luminosité eut le don de surprendre tout le monde. Levant la tête comme si je recherchais un insecte tournoyant au-dessus de nos têtes, je m’exclamais :

"Tiens, on dirait qu’ils ont prévu quelque chose."

En effet, toute cette mise en scène préparait une bien curieuse animation. Sur les murs en réalité, étaient installés de nombreux écrans plats qui se mirent à s’allumé. On y voyait écrit les mots « Joyeux anniversaires » avec une musique de fond à caractère enfantin.



© Méphi.





Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Mer 20 Fév - 18:08
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Kimisore - Moi ? On m'a traîner ici de force, on m'a presque suppliée. Lui répondais-je en riant.

Je cherchais l'aimable femme qui m'avait emmenée ici. Je regardais à gauche, à droite. Finalement, je la trouvai au milieu, en pleine discussion avec un groupe uniquement constitué d'hommes.

Kimisore – Vous voyez cette personne entourée d'hommes ? Dis-je à mon compagnon en pointant  la dite dame du doigt. Elle est l'amie de quelqu'un qui connaît un convive qui est proche de l'un des organisateurs. C'est « grâce » à elle que nous sommes ici.

Il paraissait sympathique. C'était facile de parler avec lui. Il était amusant. Il me faisait presque sentir à l'aise dans cet endroit qui n'était pas notre. Sauf que lui ne semblait pas pouvoir se détendre. On aurait dit qu'il s'attendait à ce qu'un événement se produise dans la soirée. J'avais l'impression qu'il voulait s'enfuir, qu'il se croyait limite enfermé ici, qu'il suffoquait intérieurement. Je savais qu'il y avait du monde en ce lieu, mais je ne voyais que lui. Toutes mes pensées lui étaient adressées.

Kimisore – Je ne suis pas trop fête de connaissances d'amis. Je crois que vous non plus. Avançais-je avec sourire. Pour être plus précise, cela fait bien longtemps que je ne suis pas allée dans ce genre d'endroit. Je crois que la dernière fois fut au lycée.

Brusquement le noir total régnait dans la pièce. Toutes les respirations furent arrêtées quelques secondes durant. Aucun des invités ne s'était attendu à ce retournement de situation. Soudain une faible lumière apparut de pars et d'autres de la salle. Des écrans. « Joyeux anniversaire » y était inscrit. Avec ceci, une musique sonnant étrangement enfantin remplaça celle qui avant ambiançait la soirée. Nous étions tous ébahis. Toutes le monde se regardait, cherchait qui pouvait être l'instigateur de changement.

Kimisore – Mais que se passe t-il ?
Dim 24 Fév - 23:00
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



Un éclat de rire s’échappa de mes lèvres.

"Haha ! Effectivement, vous êtes victime de rapt également. Bienvenu au club dans ce cas."

C’était monnaie courante. Des amis qui vous trainaient dans une fête. Et pour quel but sachant qu’ils vous abandonnaient à votre triste sort ? Un alibi, un faire-valoir ou la quête de vous trouver l’âme sœur ? Connaissant un peu Jerry, cela pouvait être tout et rien. Toutefois, je ne le soupçonnais pas comploter la moindre chose répréhensible. Le fin mot de l’histoire ne devrait se révéler qu’à la fin des festivités. Sinon entre temps, il me faudra apprendre à survivre tout le long de la soirée. Mais en attendant, questionnons donc un peu plus notre nouvelle amie. Comme elle avait si bien dit, « Nous étions dans le même bateau. » Donc une alliance de courte durée serait une bonne chose.

"Votre amie, qui semble en si bonne compagnie, vous a-t ’elle trainée ici pour une raison particulière ?" Demandais-je tout en regardant cette dernière entourer de tant de prétendants.

Puis, ce fut l’extinctions des feux. Tout le monde se demanda ce qu’il se passait, sans trouver de réelle réponse. Jusqu’à ce que les écrans nous inondent de leur clarté, dévoilant les mots « Joyeuse anniversaire » et une musique enfantine. Peut-être un peu trop, mais n’oublions pas que quelque soit notre âge, nous demeurions des gamins. Et que tôt ou tard, cette part d’enfance, d’innocence, refaisait surface. Et quoi de mieux qu’une fête, pour refaire surgir l’enfant qui était en nous ? Cela pouvait surprendre au début, je le concevais, mais ce fut si naturel comme attitude, qu’on l’acceptait. Qui n’avait pas connu une retombée à l’enfance ? Moi-même je connaissais ces phases.

Cependant, ce qui était moins « normal », fut le visage qui s’affichait sous nos yeux. Enfin visage, cela ressemblait plus à un masque qui semblait végétale, portait par une illustre inconnue. Était-ce une animation particulière ? Quelque chose qui changeait de la stripteaseuse cachée dans le gâteau ? C’était en réalité… Bien mieux que cela. Les yeux de la créature fixèrent l’assemblée, ce qui démontrait qu’il s’agissait en réalité du direct. Point un enregistrement préparé, cette personne s’adressa à nous en ce moment même. Sa voix fut déformée, elle sonnait comme une voix électronique, mais les mots et les expressions trahissaient bien qu’ils s’agissaient d’un être fait de chaire.


"Soyez les bienvenu à cette fête d'anniversaire. Votre visite me fait le plus grand plaisir, j'espère que vous vous amusez bien. Cependant, laissez-moi vous posez une question, à qui est destiné cette fête ?"

Tout le monde se regardait, cherchant une personne qui s’exprimerait, répondant à l’énigme de notre hôtesse. Oui, j’avais reconnu une femme. Malheureusement, le silence demeurait. Personne donc ne pouvait dire, qui fêtait sa nouvelle année ? Etions nous donc tous venu sans prendre connaissance de l’idée de la reine de la soirée ? Voilà qui était bien vexant, surtout pour la principale intéressée. Et cette dernière, qui attendait justement qu’on le lui réponde, semblait trouvé un certain amusement à ne voir personne proposer un nom.

"Et bien nous ne célébrons pas une naissance, mais une mort. Vous avez tous oublié mon nom, mais moi je sais qui vous êtes. Tous, vous m’avez humilié, rejeter. Vous avez provoqué ma mort. A présent, c’est à mon tour."

Les voix s’élevaient enfin. Des interrogations, des accusations furent portés, mais tout cela ne menait à rien. Malgré que la foule devînt de plus en plus agitée, moi, je demeurais de marbre. D’un regard mauvais, j’examinais celle qui nous accusait de je ne savais trop quoi, cherchant à l’identifier. Mais mise à part son masque, aucun autre indice ne me sautait aux yeux.

Certains invités tentèrent d’ouvrir les portes, protestant contre cette « mauvaise blague » et désiraient rentrés chez eux sur le champ. Et comme par surprise, ironie, tous les accès menant à l’extérieur, furent verrouiller. Et bien entendu, les gens devenaient de plus en plus nerveux. Voyant la panique qu’elle venait de provoquer, la preneuse d’otage ricana avant d’ajouter.

"Tous les accès sont verrouillés ! Et vos téléphones bloqués. Le seul moyen pour vous de vous en sortir, serait de deviner mon nom. Vous avez jusqu’à l’aube. D’ici là, chacun d’entre vous, mourra. Bonne chance."

Puis, le visage masqué disparue, les écrans furent éteints, et la lumière revenait. Mais ceci ne suffisait pas à calmer qui que ce soit. Maintenant qu’une menace de mort planée au-dessus de nos têtes, l’hystérie générale allait contaminait presque tout le monde. Quant à moi, et bien je ne pouvais m’empêcher de sourire face à toute cette histoire.

"Intéressant."

Derrière mes lèvres, ma langue venait léchée, se frottée contre les dents comme si j’avais des bouts de viande coincés. Allons, nous étions enfermés dans un grand chalet, une menace de mort imminente nous fut lancée, et une psychopathe rodait dans le coin. Je sentais que j’allais m’amuser, car une nouvelle chasse était ouverte. Cette soirée devenait enfin intéressante, nous allions pouvoir nous amuser.



© Méphi.





Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Jeu 28 Fév - 18:25
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Une personne que l'on avait pas remarqué, s'empara des écrans de la salle, se cachant derrière un masque. Elle veut se faire voir, mais n'a pas le courage de nous montrer son visage ? Elle nous remercia d'abord de notre présence ici, puis nous posa une question. J'aurais peut-être du demander à mon amie qui était le héro (ou l'héroïne) de la soirée... Cependant, aucune voix fut entendu pour répondre, si bien que notre nouvelle venue crût que nous ne savions nullement qui fêtait son anniversaire. Était-est-ce vraiment de l'ignorance ou la peur qui nous bloquait les lèvre ?

A la suite, l'ambiance devint glauque, notre hôtesse dit que tout individu ici avait causé sa mort. Bien sûr certains raillèrent et protestèrent, comme moi en mon fort intérieur. Se précipitèrent vers les portes, espérant pouvoir quitter cette soirée, apeurés. Cela me donnait l'impression, que tous n'attachait aucune importance envers l'organisatrice de cette soirée. Je n'entendais parmi les messes-basses, pas le moindre mot gentil envers elle, ni d'inquiétude. Rien par apport à se vie passée. Du temps qu’untel aurait passé avec cette mystérieuse femme. Je ressentais de la peine envers cette dernière.

Sa dernière prise de parole, fut pour nous dire quelque chose de plus inquiétant. Premièrement, nous  eûmes confirmation que les portes étaient condamnées et ajouta que les portables ne marchaient guère. Tous les vérifièrent, moi comprise. Sauf un, l'homme avec qui je discutais avant son intervention.

Cet homme ne semblait même pas effrayé, paraissait même s'amuser de cette situation. Pouvait-il être un complice, ou était-est-ce le choc la cause de ce sourire, serait-ce logique ? Ce comportement face à cette situation ne me rassurait pas le moins du monde. Je le dévisageais à la recherche d'une réponse favorable, manquant de courage pour le lui demander.

Enfin elle dit que nous avions jusqu'à l'aube pour nous remémorer, et lui communiquer son nom. Nous condamnant à mourir un à un, jusqu'à ce que fut prononcé la réponse désirée. Très joyeux n'est-ce pas ? Je tournais la tête dans tous les sens cherchant du regard mon accompagnatrice. J'espérais qu'il ne lui était rien arrivé, et qu'elle fut sortie prendre l'air avant que les portes ne se bloquent.

Les lumières revinrent et je ne vis point mon amie. Lorsque l'hôtesse cessa ses instructions, les écrans se teignirent de noir. Elle s'était cachée de nouveau. Sûrement parmi les nombreux convives terrifiés.

Une voix familière parvint à mes oreilles. Cette voix qui tout à l'heure encore me semblait aimable et amusante me fit froids dans le dos. Dans un excès d'incompréhension je lui rétorquai.

Kimisore – En quoi est-ce intéressant, n'êtes-vous pas inquiets ? Ne comprenez-vous donc pas ce qu'il se passe ? Pourquoi avez-vous le sourire aux lèvres depuis tout à l'heure ? Trouvez-vous cela amusant ?

J'étais terrifiée et ne comprenais pas tout. Je ne savait pas pourquoi, ni comment une personne pouvait organiser quelque chose comme ça, et dans ce but. Pourquoi dire qu'elle est morte, alors que cette dame masquée fut visible aux yeux de tous ? Ce traquenard avait-il été filmé avant sa mort ? Tant de questions se précipitaient dans ma tête, mais je n'étais pas encore sûr de vouloir avoir les réponses tout de suite.
Mer 3 Avr - 19:11
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



J’aimais voir les criminels, tentaient d’innover ou apporter un peu de challenge. Le jeu au quel j’aimais jouer, était celui du loup bien entendu, où je devais capturer la proie qui était ce hors la loi. Et souvent, ce dernier rajoutait quelques obstacles, des énigmes, des pièges, qui rendait la chasse plus excitante. Tel Shelock Holmes, qui appréciait les défis de sa Némésis Moriarty. Et bien que je me battais pour l’Ordre et la paix, je fantasmais à chaque fois de tomber sur un adversaire digne de ce nom. Serait-ce enfin le cas ? Ma rêverie fut momentanément interrompue par la jeune femme qui se tenait à côté de moi.

Tout le monde était paniqué. Personne ne cherchait à résoudre l’énigme proposé. Et une fois de plus, on me fit prendre conscience de mon attitude décalée à la situation. Bien que je pouvais me défendre en disant que la leur n’avait rien de logique pour moi, les remarques des victimes, proches de ces dernières et même collègues, m’ont bien fait comprendre que je ne suivais pas la norme sociale.

"Je comprends que nous sommes coincé ici. Et que le moyen de nous en sortir, n’est de paniqué à courir en rond."

Là, je m’approchais d’un pas vers elle, la tête légèrement pencher à son intention, gardant toujours cette fameuse grimace dont j’ai déposé le brevet dessus, devenant mon image de fabrique.

"Et ne me dite pas, qu’il vous dérange. Car vous préférez les gens calme et réfléchis, que ceux hurlant et faisant n’importe quoi ?"

Parlant de n’importe quoi, les convives ici ne semblaient aller mieux. Après avoir tambouriné contre les portes de sorties, on attaqua avec le mobilier. Mais il fallait croire que ces issues, furent renforcé à l’acier. Certains se disputaient, d’autres s’acharnaient avec leur téléphone, malgré le fait que la preneuse d’otage, nous est prévenu que nos appareils furent inutiles. Pourquoi les gens n’écoutaient donc jamais ! Après, ils viendront pleurer, dire qu’on ne les avait jamais prévenus, et pourtant… Mais le plus étrange, fut que dans toute cette masse, je n’arrivais pas à retrouver mon collègue. Il ne s’était pas encore manifesté, et il n’était visible nulle part. Aurait-il rejoint une autre pièce ou bien, était-il arrivé à sortir d’ici avant que nous tous, nous nous retrouvions condamné à l’intérieur ? Il fallait donc croire, que je devais agir seul.

"Veuillez m’accorder un instant je vous prie."

L’abandonnant un moment, je sautais sur l’une des tables, renversant sans m’en inquiéter, le buffet. D’ici, je voyais parfaitement tout le monde ou presque, je les dominais. Ce sera sans doute parfait.

"Excusez-moi ?" Personne ne fit attention à ma pauvre petite personne, cela criait, paniquait sans arrêt. "Excusez-moi je vous prie !" Renouvelais-je, haussant la voix, mais n’ayant pas plus de résultat. Donc, il fallait se montrer un peu plus convainquant que ça.

"Vous allez la bouclée et m’écouter oui ?!!!" Hurlais-je, perdant mon fameux sourire, lançant un regard noir à l’assistance.

Là, j’eus enfin toute leur intention. Le calme était revenu, et tous, me fixèrent de leur regard, curieux de me voir. Retrouvant mon calme et mon « charme », je poursuivais sur un ton bien plus sympathique.

"Je suis l’inspecteur de Police, Derek Asulf. Je vous demande de rester calme et de m’écouter."

Là, j’eus droit à de belles protestations, du genre « Mais que font vos collègues, pourquoi vous ne fait rien encore ? Arrêtez cette folle ! » Le meilleur fut quand l’un d’eux menaça d’appeler mon supérieur et me faire renvoyer si cette histoire n’était pas résolue dans la minute. Ce gars-là, eut droit à mon regard le plus meurtrier qui soit.

"Si tu me soules avec ton tel, je te l’enfonce là où le soleil ne brille jamais. Et je le dis de façon la plus gentleman du monde. Comprende ? Bien, alors écoutez moi… Tout le monde la ferme et respire. Allez-y, respirez !"

Toute forme d’agitation sembla morte. Et chacun, fit peu à peu ce que je leur ordonnais. Des respirations fortes et longues, résonnaient dans toute la seule, devenu subitement silencieuse. C’était parfait, j’avais besoin que tout le monde se montrait zen au maximum et coopérative. Bien entendu, j’envisageais de faire sortir vivant tout le monde. Mais si personne ne jouait le jeu, il y aura des victimes dans les couloirs. Et je ne les pleurerais pas.



© Méphi.





Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Dim 7 Avr - 14:54
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Mais pour qui il se prend, avec son air de je-sais-quel-genre-de-personne-tu-apprecis ?! Je ne savais pas que l'on se connaissait si bien, ce Monsieur je-suis-omniscient ! Ça m'agace ! J'étais énervée après ce que cet inconnu m'avait dit. Nous venions juste de nous rencontrer à cette soirée qui commençait à mal tourner, et cette personne s'approchait de moi avec, toujours sur son visage de prétentieux, ce sourire de self-control, et de charmeur. Ça m'énerve à un point ! Cependant, je devais bien reconnaître que, dans ce genre de situation, mieux valait rester calme et poser pour réfléchir à moyen de s'en sortir, plutôt que de paniquer en essayant tout et rien quitte à blesser des gens autour. J'eus à peine ouvert la bouche pour tenter de formuler quelque chose, que mon compagnon de bavardage, s'en vint ailleurs.

Curieuse, je le vis sauter sur une table qui était entourée de la masse d'invités, espérant se faire voir. Pff, quel guignole. Je ne décolérais pas. Surtout après le fait que, faisant cela, cet idiot gâchait de la nourriture. Au vue du nombre que nous étions dans cette pièce, celle-ci nous aurait bien servi. Et ceux, même s'il n'était pas le seul buffet ici. Par deux fois il tenta de prendre la parole, celles-ci se terminèrent par un échec. La troisième il réussi.

Nous apprîmes que cet homme faisait parti de la police. L'inspecteur Derek Asulf. Dès qu'il l'eut dit, des commentaires se firent entendre. Non pertinents, sachant que rien ne laissait présager que cela aboutirait ainsi. Normalement, nous fûmes tous venu, voulant décompresser de nos journées, en s'amusant un peu avec des gens. En allant à une fête quoi. Même ceux de la police avaient besoin de cette méthode, parfois.

L'un de nous, eut mis notre inspecteur en colère, lorsque celui-ci pris son téléphone pour tenter d'appeler son supérieur. Cet idiot dû oublier que ceux-ci ne marchaient pas ici, le policier aussi apparemment. Puis il nous ordonnâmes de nous calmer et de respirer, ce que nous fîmes sans broncher. Cela montrer bien que, malgré ses manières un peu rustre, il savait comment faire son métier.
Dim 14 Avr - 15:18
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



Tout le monde avait pris la bonne décision de la bouclée et de m’écouter. Voilà qui était une bonne chose. Ce sera donc plus facile à gérer. Que vous soyez flic ou pas, charismatique ou manque de charme, une situation de crise se gérait bien mieux dans le calme et la collaboration. On pouvait paniquer, seulement dans les cas désespérés où la folie serait compréhensible. Mais sinon, le fait de hurler et faire n’importe quoi, conduisait à bien plus de problèmes. La logique nous échappait et au lieu d’agir pour s’en sortir, on se jetait directement dans la gueule du loup. Ok, ce n’était pas facile de réfléchir avec une épée de Damoclès sur la tête, mais si on arrivait à garder notre calme, cela aiderait beaucoup. D’où la raison pour laquelle je leur ordonnais de se taire et de respirer un bon coup. Hors de question que cette soirée devienne un film d’horreur. Quoi que… Le fait de poursuivre un dangereux psychopathe mâle ou femelle, m’excitait toujours autant.

"Voilà qui est beaucoup mieux. Si vous vous laissez aller, cette folle aura gagnée et vous serez des proies faciles. Donc, montrons-nous plus malins et sages qu’elle. D’accord ?"

Ancien guerrier, je partageais le sang des êtres les plus belliqueuses. De guerriers redoutables qui faisaient trembler des clans et des dieux rien qu’en marchant sur le sol gelé de Midgard. Un peu comme de la mémoire génétique, leur technique pour garder courage et surmonté leur peur, ainsi que pour dominer leurs adversaires, furent mienne. Et loin de partager leur force uniquement, la ruse était une de mes nombreuses qualités. Avoir de gros bras, cela pouvait servir, mais un esprit aussi aiguisé qu’une lame, pouvait faire bien plus de dégâts.

"Bien récapitulons. Toutes les issues sont visiblement condamnées, on ne peut que se promener dans le bâtiment. Et les communications sont coupés. Nous sommes visiblement isolés de tout. Mais ce n’est jamais véritablement le cas. Nous sommes nombreux, c’est parfait. On va se séparer en plusieurs groupes et fouiller la baraque pour trouver un moyen de sortir et appeler de l’aide."

Quelques voix s’élevèrent pour contester ce plan, qui pouvait en effet se révéler risquer. Pourtant, je ne me mis pas en colère quand on contestait mes idées. Au contraire, je cherchais à leur expliquer, tout en voulant les rassurer. Pour le moment, aucun véritable crétin, ne fut déceler dans le groupe. Déjà qu’ils me paraissaient tous peu futé.

"On sera en groupe. Les psychopathes préfèrent les proies isolées qui leur paraissent faibles. Donc, cette folle ne s’attaquera pas à ceux avec une escorte. Prenez tous quelque chose pour vous défendre, on ne sait jamais."

Certes, il n’y avait pas d’armurerie dans le coin. Malgré cela, la moindre chose pouvant nous tomber sous la main, pourrait se révélait utile. Quant à moi, je misais sur mes « dons naturels ». Et pour mon plus grand bonheur, chacun semblait suivre mes instructions. Nous avions donc bien une chance de nous en sortir vivant, c’était parfait. Sauf que j’ai sans doute parlé un peu trop vite. Car quelques cerveaux semblaient refonctionner, mais dans le mauvais sens. À nouveau, quelques-uns remirent en doute mon autorité et mes conseils. Incroyable cette faculté de l’humain, à toujours remettre en question l’autorité, et se faire passer pour plus intelligent qu’ils ne l’étaient vraiment. Même quand vote job était de protéger des vies, on pouvait vous rabaisser. Pitoyables crétins, et dire que mon père a de l’amour pour vous ! Surtout pour la gente féminine.

Pour ceux qui hésitaient, je leur proposais donc de rester ici, de surveillé l’entrée principale au cas où de l’aide viendrait, ce que je doutais fort. Pour le reste, je veillais à faire les groupes d’exploration. Il ne fallait pas non plus qu’un groupe soit trop petit. Et tant que je n’étais pas sûr de la nature de notre adversaire, il fallait maximiser la défense de chaque victime prise au piège ici. C’est alors que je retombais sur la demoiselle de tout à l’heure, celle qui semblait ne pas apprécier mon sourire légendaire. Voilà qui était bien triste à découvrir.

"Et vous alors ? Vous restez ici ou vous allez avec l’un des groupes pour chercher une solution ?"

Il y avait en tout quatre groupes de fait. Chacun comptant entre cinq ou six personnes. Ils avaient tous la même instruction, pour renforcer nos chances de nous en sortir vivant. Quant à moi, et bien disons que j’étais pour le moment un loup solitaire. Je comptais bien enquêter de mon côté et découvrir la vérité sur cette histoire. Curiosité malsaine si vous voulez. Par contre, une des questions qui m’assaillait souvent, fut de savoir où mon coéquipier s’était caché. Depuis l’annonce de cette dingo, il avait tout bonnement disparue.



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Mar 16 Avr - 8:54
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Malgré le fait qu'elle n'était pas approuvée par tous au premier abord, cette activité eu le don de nous rassurer un peu plus, ou en tout cas, de nous éviter une crise de panique. Après celle-ci, notre chers professeur-de-yoga-improvisé, nous posa une question de rhétorique, après nous avoir exposer les faits. Évidemment qu'il faudra que l'on ruse pour s'en sortir.

Nous étions enfermés dans ce bâtiment, qui par chance, ou malchance, était assez grand et spacieux. Grâce à cela, l'ennuie ne pourrait-être la cause de notre mort. Plusieurs salles furent à la disposition des curieux. De quoi chercher des indices, sur la cause de cette séquestration, le propriétaire des lieux, son train de vie, un moyen de se défendre,... Pour se faire, le plus judicieusement du monde, il fallait effectivement rester grouper, ne pas se la jouer solo, de peur de se voir sacrifier le premier, servant d'exemple pour cette folle.

Je ne sais pourquoi, lorsque ma réflexion à propos de son discours fut terminé, je me retrouvais seule, surprise. Les groupes s’étaient formés, je restais seule, bonne dernière. Comme quand venait l'heure de faire des équipes en sports et que l'on te choisissait en dernier, ayant conscience de tes qualités discutables dans ce domaine. Je pensais vraiment que réfléchir nous aiderait plus que de nous précipiter, mais penser trop longtemps me perdrait tout aussi bien. Il va falloir te réveiller et agir ma petite !

C'est à ce moment qu'apparut mon chevalier servant. Il vint à mon secours me demandant ce que j'allais faire, s'interrogeant sûrement sur ma capacité d'écoute. En effet, on ne pouvait pas le deviner en me voyant autant à l'écart des autres. Mon amie n'étant plus à mes côtés, je me sentais bien seule, désemparée et inquiète. Son sort me préoccupait plus que le mien, même si ce fut elle qui nous traînâmes à cette fête. Ça partait d'une bonne intention.

Kimisore – Et bien, j'ai une amie, et j'ignore l'endroit où elle se trouve. De plus, comme vous le voyez, je suis seule. Je dois vous avouez que dans cette situation, je serais rassurée si vous me permettriez de restez à vos côtés. J'aimerais vraiment la retrouvée, cette une personne chers à mes yeux.
Sam 20 Avr - 19:42
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



Mince ! Moi qui espérais justement jouer au loup solitaire, mener ma propre enquête de mon côté, me voilà donc bien surpris. De plus, vu ses précédentes remarques à l’encontre de ma personne, j’aurais cru aussi qu’elle aimerait être en compagnie de quelqu’un d’autre. D’une personne lui paraissant bien plus normal. Voulait-elle fliqué le flic ? Ou tout bêtement, la présence d’un policier, quel que soit son caractère, était plus sécurisant que celui du commun des mortels ? Sans doute ça. Après, je ne pouvais pas dire « Non, restez avec les autres, etc. » Quoi que… Je pourrais ? Analysons donc la situation.

Si je lui répondais non, et que je préférais rester seul pour bosser, que pouvait donc être sa réaction ? Incompréhension, et sans doute un début de panique. L’image principale d’autorité et de protection devenant invisible, pourrait donner des idées paranoïaques. Et vue le danger qui animait la foule, ne pas avoir de nouvelles rapidement de leur gardien, peut donner de fausses idées. Genre « Est-ce qu’il est mort ? » Il fallait absolument éviter qu’un mouvement de panique gagnait tout ce peuple. Déjà, cette idée de faire des groupes consistait justement à les rassurer et minimiser les risques « d’incident. » Tâchons de ne pas en produire par m’égarer dans ce cas.

"Parfait alors ! Nous allons donc faire équipe ensemble dans ce cas."

Évidemment, je ne pourrais pas enquêter comme je l’aurais fallu. Une fois de plus, je devrais me contrôler, me faire passer pour ce que je n’étais pas, un humain. Car déjà qu’une folle nous retenait en otage, voir un homme se changer en bête ne devrait arrangeait les choses. On crierait au « Loup-Garou ! » Ce que, je n’étais pas, mais on pouvait facilement confondre. Ce qui était compréhensible. Donc, nous jouerons les inspecteurs humains le temps de la soirée. C’était tout de même un rien frustrant. Car si ce que je suspectais se révélait être vrai, un humain ne pourrait rien faire contre cette démente. Les choses risquaient donc de très vite se compliquer. Croyez-moi, une prise d’otages n’était jamais le pire. Surtout si à la fin, on devait se battre contre une créature ou un dieu.

J’ignorais par contre, si oui ou non, cette jeune femme était dans le secret des dieux. La plupart des mortels, ignoraient tout de ce qui se tramait sur cette île. Ils n’étaient rien d’autre que les jouets du destin et des dieux. De pauvres personnages dans une sorte de simulation, où les grands maîtres s’amusaient à manipuler selon leurs besoins. Approuvais-je ce genre de chose ? A dire vrai, je n’avais pas d’avis sur la question. Toute ma vie, je ne fus aussi qu’un pion, un fidèle serviteur à son maître, qui ne posait pas de question, et suivait les ordres avec plaisir. Et ce n’était qu’aujourd’hui, dans ce corps de chaire, que je commençais à avoir une véritable autonomie, une indépendance.

Est-ce que j’aimais cette nouvelle liberté ? La aussi j’avais du mal à l’exprimer. Disons tout simplement, que je vivais cette nouvelle vie, suivant les principes inculquer par Odin. Mais que si je devais redevenir comme avant, ce sera avec plaisir. Peut-être bien que ma venue dans ce monde, avait une importance plus grande. Au départ, je croyais n’être là que pour traquer et massacrer les ennemis de mon roi, Mais peut-être qu’aussi, on me testait. On voulait prouver au monde à quel point j’étais loyale et dévouer. Si tel était le cas, j’en tirerais bien plus d’honneur dans cette mission.

"Bon, ce n’est pas tout, mais on doit y aller. Voyons par où on commence. Au fait, je ne crois pas connaître votre nom gente dame. Vous avez entendu le miens, vous avez donc un avantage sur moi."

Il était vrai que depuis le début de la soirée, depuis que je l’ai rencontré, j’ignorais toujours son patronyme. Et en tant qu’être respectueux et bien élevé, contrairement à pas mal de dieux et monstres du nord, je me devais de connaitre l’identité de cette humaine, ne serait-ce que par respect justement. Bien mieux que de la nommé « La fille, jeune femme, l’inconnue… » Non ?



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Mar 23 Avr - 8:55
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
L’inspecteur réfléchit un long moment. Devant peser le pour et le contre de ma demande, qui vraisemblablement ne devait pas être dans ses plans à l'origine. Un policier solitaire. Pas de coéquipier ? Même si son sourire m'avait quelque peu fait peur et intriguer, je me disait que rester avec un membre des forces de l'ordre, serait plus rassurant et me permettrait sûrement plus facilement de retrouver mon amie disparue. C'était mon objectif, ainsi que de rester en vie pour l'accomplir évidemment.

Kimisore – Je me nomme Kimisore Dong, je suis mannequin. Je m'excuse de ne me présenter que maintenant. Par où voulez-vous commencer votre investigation ? Je vous épaulerais du mieux que je le pourrais bien sûr, même si cela me fais peur, et qu’enquêter ne fasse pas partie de mes habitudes.

Je le regardais dans les yeux, m'y perdant presque. Non, Kimisore, ce n'est absolument pas le moment de tomber sous son charme ! Tu ne le connais que d'aujourd'hui ! Cœur d’artichaut ! Son regard était ferme, il devait réfléchir à plan. Tu n'y est pas encore, réfléchis à autre chose. Je ne savais pas ce que je pouvais lui apporter, du soutien sûrement, rien de plus. En profiter pour échanger, afin de se connaître un peu mieux.

Certes, une menace de mort pesait sur nos épaules. Aucun de nous n'avait pu distinguer clairement l'apparence de notre ravisseur. Personne n'a reconnu sa voix. Avait-elle était modifiée, afin de laisser planer le mystère encore plus ?

Kimisore – Je ne sais pas pourquoi, ni d'où me vient cette idée mais, ne pensez-vous pas que la preneuse d'otages ne voulait vraiment pas que ses invités puissent la reconnaître ? Se présenter à nous ainsi déguisée, je la soupçonne même d'avoir truqué le son de son élocution.

Avais-je raison, ou tort, tel était la question, ainsi que resterai-je en vie, ou serais-je l'une des premières à mourir, ou à être attaquée. Il y avait plusieurs routes possible devant moi, toutes menant à un avenir différent, incertain, parsemé de craintes et de peurs.
Lun 29 Avr - 22:22
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



Ce jeu de traque, se révélera un peu plus difficile que prévu. Oublions les métamorphoses, et autres dons prodigieux. Me voici collé à une autre partenaire d’enquête, à qui je devrais masquer mon véritable jeu d’inspecteur, pour paraître le plus normal possible. Par les dieux, que cela pouvait être gonflant. Qu’il me manquât le temps jadis, où le mortel croyait et craignait les dieux et les monstres. Un troll, un géant, une Uldre ou un Ases pouvait se dévoiler à l’homme, comme le poissonnier qui passait au coin de la rue. N’importe qui, pouvait circuler alors comme bon lui semblait, côtoyer les humains pour leur bonheur ou pas. Mais aujourd’hui, tout avait changer.

Aujourd’hui, l’humain ne voulait plus trop se tourner vers la spiritualité. Il préférait enfermer les monstres et leurs anciens dieux, dans un simple concept, renier leur existence et faire comme s’ils étaient les maîtres du monde. C’était cela, les humains ne voulaient plus que croire en eux, se voir les meilleurs, les plus forts, les plus intelligents, les seigneurs de ce monde ! Lais quand une catastrophe arrivait, quand la dure réalité devait refaire surface, que faisaient-ils ? Ils continuaient à rendre un culte leur prétendue science, croire qu’elle les sauverait, mais ne faisaient que se détruire. Et quand ils étaient à bout, vers qui, ils se tournaient à la fin ? Mais, nous nous éloignons un peu de notre histoire.

Kimisore me posa une question évoquant une évidence. Toutefois, cela eut le mérite de réactiver mon esprit aiguisé d’inspecteur. Depuis le début, mon cerveau s’activait à mettre en place les pièces d’un improbable puzzle. Et les parties manquantes furent provisoirement remplacés par des hypothèses qui devaient, en attendant, donner une image cohérente. Me retournant vers elle, je lui lançais un regard suspicieux.

"Rappelez-moi pourquoi vous êtes venue ?"

Question rhétorique. Je n’avais pas oublié la raison pour laquelle, Dong se retrouva ici. Voyons cela plus un moyen d’introduire mes déductions, à son questionnement. Car bien que la réponse là aussi, pouvait être évidente, d’autres se posées, devenant donc une question judicieuse. Comme quoi, une simple chose toute bête, pouvait conduire à un raisonnement plus pousser. La vache, mon père n’était pas le dieu protecteur des philosophes et poètes pour rien. Et je ne suis pas Bouddhiste même (Blague à part). D’ailleurs, c’était souvent dans les petits détails, que se cachait la Grande réponse.

"Oui, elle ne veut pas être reconnue, pourquoi ? Tout ceci est une vengeance. Envers qui ? Vous, ou tous ceux invités initialement à cette fête. Quand on veut se venger, on veut que la personne devant être puni, sache pourquoi, et par qui il subit ça. Donc, vous devez tous la connaître. Mais si elle est connue, pourquoi donc sa cacher ? Cela vient de son petit jeu. Elle veut être reconnue."

En effet, ce n’était pas qu’un petit caprice enfantin, où on voulait juste tuer tout le monde. Il y avait autre chose derrière. Ce n’était pas un esprit sadique qui était à l’œuvre, mais quelqu’un de brisé, à qui on lui a pris où refuser quelque chose. Et se croyant méritante d’un droit de justice, réclama réparation. Le préjudice devait être bien trop important, pour oser se faire justice soi-même, et non passer par des voies légales, sauf si ces dernières se sont révélées inefficaces pour l’aider. Mais bon, j’imaginais que ceux réclament vengeance dans le monde de la mode, devaient être nombreux. C’était un univers impitoyable disait-on.

"Connaissez-vous tous ces gens ici ? Que ce soit de nom, ou de visage, les avez-vous déjà rencontré quelque part ?"

Comme dit avant, ce sont les détails, qui apportaient la grande réponse. Kimisore était là, à cause d’une amie. Mais je voulais mieux connaitre ses liens avec ces gens, et voir, si oui ou non, elle pourrait apporter un indice pouvant guider sur la raison de cette prise d’otage. La vengeance certes, mais pourquoi ? Je ne pouvais imaginer, qu’on voudrait égorger tout le monde, quand votre rivale vous piquer vos chaussures. Si ?



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Ven 3 Mai - 9:04
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Ce charmant policier me fit par de ses hypothèses. Notre kidnappeuse nous retiendrait dans cet endroit par vengeance, parce qu'on l'aurait blessée d'une quelconque manière. Cette personne se cacherait pour pimenter le « jeu », rendant sûrement « gagnant » celui ou celle qui rendra compte de sa véritable identité.

Kimisore – Imaginons que je suis d'accord avec vous. Notre ravisseuse nous a invitées à une fête, et il nous était possible de venir accompagnée par des personnes qu'elle pouvait ne pas connaître. Cette femme peut avoir invitée que des collègues certes, mais connaissez-vous tous vos collègues ? Ce que j'essaie de vous dire c'est qu'il y a des gens étrangers à cette affaires, qui sont retenus eux aussi contre leur volonté, tout comme vous.

Je ne savais pas vraiment pourquoi, mais j'avais besoin de faire des hypothèses et des déductions. De prendre du recule sur ce que je vivais à ce moment là. J'avais beau être en plein dedans et avoir une épée de Damoclès au dessus de ma tête, il fallait que je rentre dans le jeu de cette folle. Pour ce faire, je me devais de l'analyser, de chercher les pièces manquantes de ce puzzle formant son identité. Je pensais que c'était la solution à ce calvaire, surtout étant accompagnée d'un inspecteur de police.

Kimisore – Néanmoins, pour répondre à votre question, somme toute sensée, je connais quelques uns des invités effectivement, mais pas tous. Cependant si vous voulez des détails sur ces personnes, je ne pourrais vous donner que le strict minimum. Je ne me mêle pas souvent avec mes collègues. Je suis plutôt d'un naturel solitaire. Tout comme vous je me trompe ?

Malgré que cette fête se soit changée en prison, elle aura eu le mérite de m'avoir apporté une nouvelle connaissance. Mon premier contact dans la police, qui l'eut cru. Je regardais autour de moi et remarquais que nous étions les seuls à ne pas avoir vraiment bouger, nous n'avions même pas le début d'un démarrage. Ceux qui devaient surveiller l'entrée faisaient les cent-pas devant celle-ci, ils tenaient même des objets insolites de tous les jours dans leur mains, sûrement pour leur défense. Quant aux autres, les trois groupes d'explorations, je ne les vis point.

Kimisore – Maintenant que les présentations sont faites, à quoi pensez-vous ? Avez-vous une idée de comment débusquer celle qui nous retient ici ? Pour ma part, je n'en ai pas la moindre idée. J'imagine juste que c'est peut-être une collègue, ou que cette femme voulait faire partie du monde de la mode, mais qu'on l'en a empêchée. La personne qui nous a enlevée à très bien pu auditionner pour un travail, et subir un rejet. Laquelle de mes hypothèses vous semble la plus correcte ?
Sam 11 Mai - 21:29
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



On pouvait dire que chez Kimisore, cela cogitait. Un raisonnement simple pour des questions simples. Et elle avait raison, il ne fallait pas prendre chaque criminel pour un grand génie. La télévision nous trompait en présentant des plans très élaborer, tordu et complexe pour arriver à une conclusion incroyable. Désolé de vous casser le mythe, mais ce genre de chose n’existait qu’à la télé justement. Et notre amie mannequin, avait mis le doigt sur les failles de ce plan machiavélique. Trop d’erreurs, trop de risque… Déjà, elle punirait des gens innocents. Mais soit elle n’en avait rien à faire, ou bien, dans sa vision ceux étant proche de ses « bourreaux » étaient aussi coupables qu’eux. Une folie furieuse qui la poussait vers sa fin, une vraie tragédie grecque. Si j’étais chez Zeus et Cie, je m’en inspirerais pour une pièce.

"Vous posez tout un tas de question pertinente. Mais tout ce que je peux vous répondre c’est qu’il vaut mieux nous bouger et trouver des indices dans cette baraque. Ready ?"

Jusqu’ici, nous ne pouvions faire que des hypothèses, déduire, imaginer, supposer, tous les synonymes possibles ! Mais si nous voulions réellement découvrir la vérité, il fallait chercher ces fameux indices, à la manière de Scooby-Doo. Que c’était amusant non ? Toutefois, un de mes objectifs premiers, était de retrouver Jerry. Depuis notre arrivée, il avait disparu et j’avais beau usé de son flair pour le pister, sa trace était comme effacée. Pourvu qu’il ne lui fût rien arrivé à cette andouille. Sinon je lui botterais bien les fesses moi.

Chaque équipe était partie accomplir sa besogne. Nous pouvions leur souhaiter bonne chance, à la vue du danger. Toutefois, je demeurais convaincu que tant qu’on restait groupé, les risques de nous faire attaquer resteraient minimes. Enfin, je l’espérais. Après tout, si cette tarée s’en prenait à l’un d’entre nous, le reste de son équipe pouvait lui prêter main forte. Grouper, nous étions plus fort, une règle de la guerre que j’eus appris lors de ma naissance. De plus, je ne pouvais les surveiller tous, il faudra malheureusement qu’ils se débrouillent seuls pendant un moment.

La première pièce que nous visitions, ressemblait à un petit salon. Table basse, canapé, chauffage à poêle, un petit cadre douillet. Il y avait un secrétaire au fond, sans doute un bon début pour nous.

"Essayez de fouiller, voir si on peut trouver la moindre chose. Tout ce qui éveille votre curiosité ou vous intrigue, signalez le moi sans exception."

Vous saviez quel était la phrase qui pouvait exaspérer un inspecteur de Police ? « Mais, je croyais que ce n’était pas important pour votre enquête, cela n’a aucun rapport ! » Et à chaque fois, on découvrait que c’était le contraire. Rappelez-vous quand je vous parlais il y a peu des plans peu élaborés des vrais criminels. Les choses simples sont les meilleurs oui, mais surtout, parce qu’ils étaient basés sur des mobiles très banals. Une dispute, un mauvais regard, une mauvaise blague… Bref, n’importe quoi pouvait pousser quelqu’un au crime. C’était triste je sais, mais ainsi fut fait le monde par ses occupants. Donc, laissez l’inspecteur décidé de ce qui était important ou non pour son enquête par pitié.

Parenthèse mise à part, il était temps de nous consacrer sur notre tâche. Tout naturellement, je m’étais rapprocher du secrétaire. J’essayais de rentrer dans la tête de la folle, comprendre comment elle fonctionnait, et comprendre les règles de son jeu. Car oui, nous étions dans un jeu des plus sordides. Une fan des films Saw ou quelque chose dans le genre sans doute. Et donc, si je ne me trompais pas, elle a très bien pu laisser des indices intentionnellement pour qu’on pisse deviner son identité. Je suspectais encore une nature divine, une créature sylvestre à la vue de son masque. Car cet accessoire était justement notre tout premier indice, et pour moi, il était très révélateur. Hélas, je ne pouvais faire part de cette idée à Kimisore. Une simple mortelle ignorant tous de ses créateurs et origines, et qui me prendrait aussi pour un fou.



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Mer 15 Mai - 9:02
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Nous nous mîmes en marche, et nous arrêtâmes dans un salon. La pièce paraissait grande, car elle ne comportait pas beaucoup de meubles. Ceux-ci furent dispersés un peu partout, sans aucune logique. Cela me sautai aux yeux, la personne qui avait fait la décoration de la salle était dérangée. Qui a dit que je faisais des jugements trop hâtifs ?

Mon partenaire me le proposant, je me mis en quête d'indices. Je ne savais pas vraiment par où commencer, comment chercher, ou quoi. Je ne voulais pas rester là sans rien faire par contre, cela m'aurait désespéré, voir rendu folle. J'essayais donc d'examiner l'endroit, les meubles, le sol, etc, qui sait ce que je pourrais trouver.

Lorsque vous rentrez dans une pièce, que regardez-vous en premier ? Vous êtes-vous déjà posé la question ? Moi, non. Pour ma part je devais analyser l'endroit pensant trouver des traces de la personnalité de notre bourreau, afin de découvrir son identité.

Le lieu ne présentait aucune odeur, cela pouvait donc signifier qu'elle n'étais pas une accro des senteurs. Son sol, recouvert de parquet, semblait bien entretenu, aucune poussière n'y paraissait. Un tapis moyen, y siégeait à quelques centimètre du mur et du milieu de la salle, entre une table basse et un canapé.

Kimisore – En tout cas cet endroit maque un peu de parfum, je trouve.

Cette causeuse en tissu ressemblant à du cuir,de couleur brun, comportait de légers trous au niveau des assises. Peut-être des brûlures de cigarettes, cela voudrait-il dire qu'une personne fumait dans cette maison ? Le dossier présentait de légères griffures, très fines, pratiquement imperceptibles, sûrement dues à un chat.

Sur la table basse en bois, se trouvait des traces. Comme si on s'était amusé à piquer la table plusieurs fois, avec un objet tranchant. Elle avait aussi des incision, éparpillées sur sa totalité. Ses pieds étaient mordillées. Un chat et maintenant un chien ?

Kimisore – On dirait que la, ou les personnes de cette maison avait/ent des animaux de compagnie. Le canapé a de fines et légères griffures, tandis que la table basse a ses pieds de mordillés. J'ai même l'impression que celle qui nous retient prisonniers ici, c'était entraînée à la torture à en juger cette table. Croyez-vous qu'elle fait partie de la mafia ?

Pratiquement à l'autre bout de la pièce, dans un coin, se situait un chauffage. C'était un poêle à bois, ordinaire, bien entretenu. Lorsque j'ouvrais sa grille, qui lui servait de porte, je vis des restes d'un feu, récemment éteint. Quelqu'un venait bien de quitter ce lieu, ce qui voulait dire que notre geôlière n'était guère loin.

Kimisore – En regardant le chauffage, on dirait qu'une personne à quitté cette pièce, il n'y a pas longtemps.

Au fur et mesure que je fouillais, je prenais des photos de ce que je voyais, pour illustrer mes dires. Je me disais que ça nous éviterait de nous déplacer, au cas ou il voudrait vérifier mes propos.

Jugeant que mes investigations étaient terminées, je me mis en quête de me rapprocher de mon compagnon d'infortune. En avançant, j'entendis comme un craquement.

Kimisore – J'ai l'impression que le sol ne tiens pas très bien là où je suis.
Lun 3 Juin - 21:33
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



Pour elle, l’endroit manquait de parfums, mais pour moi, cela était rempli de senteur de toutes sortes. Pas forcément la rose, il était vrai que cela n’avait rien à voir avec du Versace, mais je sentais bien le passage de nombreuses personnes, émanant d’arôme proche du naturel. Odeur de plante, transpiration et… Non, inutile d’aller plus loin. Des choses nombreuses nous entouraient, dont ils n’étaient perceptibles pour Kimisore. Cela pourrait servir d’indices, mais ignorant tout de notre preneuse d’otages, si ce n’était des suppositions, aucune de ces senteurs ne pouvait nous menait jusqu’à l’antagoniste de cette histoire. Il vaudrait mieux suivre l’odeur la plus suspecte pour voir, je faisais cela assez souvent et à quatre-vingts pour-cent des cas, cela se révéla judicieux.

La mannequin, poursuivit aussi son investigation et cette fois, son analyse se porta sur le mobilier. Les traces citées, étaient très bien visible. Arrêtant mes propres recherches, je l’écoutais donc, voyant ce qu’elle avait à dire avant de lui demander :

"Et qu’en déduisez-vous donc ?"

Un peu comme Sherlock Holmes qui entraînait Watson, je voulais de manière un peu enfantine, tester la réflexion de ma compagne d’infortune. Ayant déjà compris qu’une créature ou un dieu fut mêler à cette histoire, c’était de voir comment Kimisore se débrouillerait, n’ayant point vent de cette information. Cependant, les déductions devront attendre, car la perspicacité de la jeune femme, la conduisit à découvrir autre chose. Le sol craquait oui, ce n’était pas rien. Me mettant à quatre pattes, je cherchais à tester la solidité du plancher, dégageant ce qu’il y avait dessus. On aurait dit qu’il n’y avait rien, mais par moment, cela résonnait quand on taper ou marcher par endroits. Intéressant !

"Cela sonne creux. Il doit y avoir un niveau inférieur, un sous-sol sans doute. L’endroit idéal pour trouver de meilleurs indices surement. Cherchez une trappe ou une porte conduisant à un escalier."

Décidément, nous n’avions le temps de ne rien faire. Des cris d’horreur résonnaient jusqu’à nous. Un hurlement ne pouvant nous laisser de marbre. C’était une femme qui criait, comme si la mort se tenait face à elle. Instinctivement, je courrais en direction de l’origine de cette alerte. Traversant des salles et des couloirs, je me retrouvais très vite accompagné d’un ou deux groupes, prévenus également par les cris de leur collègue. En même temps, que je traversais toute la maison, je notais quelques détails au passage attirant mon intention, mais le plus urgent demeurait la personne en détresse.

Nous arrivions finalement à une pièce plutôt large, c’était un espace jacuzzi en réalité. Mise à part le bain à remous, l’endroit semblait vide et sans grand attrait. À l’entrée, se tenaient deux personnes, un homme et une femme. L’homme tenait une sorte de pied-de-biche à la main, et le tendait vers le vide, se mettant en garde contre un adversaire invisible qui l’aurait pétrifié sur place. Quant à la jeune femme, elle pleurait à manquer de s’étouffer. Tous deux étaient en réalité, en état de choc. Posant mes mains sur les épaules de la mannequin, enfin je supposais qu’elle était, je tentais de lui parler et de savoir ce qu’il se passait.

"Ecoutez moi ! Vous devez réguler votre respiration ok ? Respirez doucement, et dite moi ce qu’il s’est passer d’acc ?"

La femme tenta de s’exécuter, mais ce fut chose difficile car par moment, l’horreur dont elle a dû être témoin, refaisait surface, la poussant à hurler bien plus fort. La réconforter paraissait tout autant compliqué, mais elle put au moins montrer quelque chose. D’un bras quelque peu fébrile, elle fit signe en direction des vestiaires, avant de s’écrouler au sol, la respiration devenant inquiétante. Un rapide coup d’œil vers le lieu originaire de la terreur me donna un mauvais pressentiment.

"Ok, je vais voir ce qu’il se passe. Que quelqu’un reste avec eux. Aidez à retrouver une bonne respiration, et si vous avez de quoi boire, donnez."

Les abandonnant entre eux, je me dirigeais vers les fameux vestiaires. La porte en bois fut entre-ouverte. Fut-elle ainsi avant ? Ou bien forcé ? Non, elle était déverrouillée, invitant quiconque à y entrer pour assister de manière gratuite, au spectacle qui se trouvait à l’intérieur. Un peu grinçante pour renforcer l’atmosphère, plongé dans une faible pénombre, une rangé de casier furent repeinte en rouge tout le long, jusqu’au mur et sur le banc au milieu… Une forme était étendue, inerte, aux membres pendant dans le vide.



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Ven 7 Juin - 8:57
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
Alors que nous examinions la planche grinçante du parquet, un cris d'effrois parvint à nos oreilles, nous poussant à sortir de la pièce en trombe, dans sa direction.

Kimisore - Qu'est-ce qu'il se passe?!

Nous ne savions pas vraiment pourquoi la personne criait, mais nous voulions le découvrir, comme des moustiques attirés par le sang. Nous n'étions pas les seuls dans se cas, le long du chemin, nous croisâmes quelques groupes.

Arrivés sur les lieux, nous vîmes une femme apeurée, suffocante, les larmes déferlant sur ses joues. Les yeux rivés vers un être qui fut auparavant devant ses yeux, quelques minutes plus tôt. Il y avait aussi un homme, pratiquement dans le même état que celle qui l'accompagnait. Ses mains tenaient fermement un pied de biche, s'imaginant sûrement toujours en plein combat avec la personne les ayant effrayés.

Kimisore - Qui vous a mis dans cet état?

Derek essayait tant bien que mal de réconforter la terrifiée. Rien n'y fait, la scène se ressassait devant ses yeux, pour elle leur assaillant se trouvait encore devant elle. Malgré tout, dans un élan de lucidité, de courage même,elle parvint à désigner une salle, dans laquelle le policier s'introduisit.

Je voulais savoir ce qu'il se passait dans cet endroit qu'indiquait le bras de la victime. Il fallait la rassurer, la couvrir, lui donner à boire et l'aider à retrouver une respiration normal. Par chance les groupe nous ayant accompagnés sur le chemin, s'employaient à faire tout cela. Bien sûr ils aidèrent aussi l'homme à recouvrer la raison. Voyant ces deux âmes tourmentées entre de bonne mains, je pris la décision de rejoindre mon compagnon d'infortune.

La porte était entre-ouverte, invitant qui le voulait à y pénétrer. Chose que je fis, et regrettais. Un flots de sentiments contradictoire se bousculaient en moi. Mélange de colère, de ne pas savoir pourquoi une telle chose fut arrivée, de peur, que cela puisse se produire à quelqu'un d'autre et de dégoût. Sur le moment, je ne pus retenir un cris, le plus puissant que j'eus poussé de ma vie. Mes larmes déferlèrent tels des torrents. Je sentis mes jambes se dérober sous moi, et me laissais tomber à terre, décontenancée par le choc

C'était un vestiaire, contenant des casiers, des bancs, dont un sur lequel se trouvait un corps. Un être inerte, aux bras ballants, sans vies. Son sang avait aspergé les murs, le sol et le mobilier près de lui. Son assaillant devait s'être acharné sur ce convive, sûrement pris de folie meurtrière. Un psychopathe n'ayant aucune considération pour la vie humaine. Jouant avec les vies d’autrui comme si cela n'avait pas de grande conséquence.

Les yeux inexpressifs, je tournais mon regard vers la porte que j'avais emprunté précédemment. Je commençais à comprendre ce qui avait pu mettre cette femme et cet homme dans cet état.
Lun 15 Juil - 17:56
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



Ainsi, elle fit sa première victime. Sans doute quelqu’un ayant eu la « bonne » idée de se séparer, devenant ainsi la proie facile de la psychopathe. Je restais là, de marbre à côté du corps sanguinolent comme si de rien n’était. Et pourtant, je bouillonnais au fond de moi. Car j’eus la prétention d’espérer que tout le monde s’en sortirait en suivant mes consignes, et voilà qu’en peu de temps, le premier couperet s’était abattu. Je voulais mordre, frapper, tout réduire en miette. Toutefois, nous savons que cela n’aiderait en rien et qu’il valait mieux rester concentrer. À présent, c’était une scène de crime et mon devoir m’appelait plus que tout.

Pencher au-dessus du corps, mes sens recherchaient le moindre indice. La vue d’un périscope, et l’odorat le plus sensible, la scène fut analysée dans le moindre détail. Toutefois, quelques parasites venaient perturber mon travail. Les gens derrière moi, commençaient à paniquer. Nous avions droit à des « On va tous mourir, on se sépare, On est fichue etc. » Normal que la foule s’inquiétait et éprouvait un grand moment de stress. Malheureusement pour elle, je n’étais pas connu pour mon grand sens de la diplomatie. Enfin, j’étais un peu séducteur dans l’âme sans doute, mais trouver les mots juste pour réconforter une âme en peine ne faisait pas partie de mes compétences. Alors, tout ce que je trouvais à faire, fut de m’adresser à tous ces gens d’un ton autoritaire :

"Que tout le monde se clame ! Personne n’approche et me laisse bosser. Restez au moins grouper si vous devez vous éloigner compris ?"

J’ignorais si j’eus touché leur cœur, mais le plus important était la scène du meurtre. Revenant au-dessus du cadavre, je bougeais ses membres avec un stylo que j’eus sorti de ma veste. Il fut sauvagement mis en pièces, mais on aurait dit qu’il ne s’était pas défendu. Très peu de marques d’auto-défense, à croire qu’il subissait son calvaire sans pouvoir dire quoi que ce soit. Était-il paralysé lors de son agression ? Je ne vis aucune marque de lien. Et parlant de ses blessures, on aurait dit qu’un ours lui était passé dessus. D’énormes plaies l’ouvraient de partout, me faisant bien penser à des serres géantes. Quel genre de créature était-ce donc ? Si j’eus un doute quant à sa nature par le passé, me voilà réconforté dont il s’agissait bien d’une créature. Restait à savoir laquelle et pourquoi ?

Poursuivant mon examen, je remarquais quelques traces vertes près de la bouche et au niveau du coup. L’odeur qui en dégageait, picotait mes narines lupins. Voilà donc quelque chose de bien moins naturel.

"Qu’est-ce que c’est ?"

Avec mon fidèle stylo ! J’y déposais un échantillon que je vins faire rencontrer de plus près mon museau. L’odeur devenait d’un seul coup plus fort pour moi, comme si on venait de me l’enfoncer dans les narines. Par réflexe, je reculais la substance nauséabonde. Bien qu’écœurait, mon cerveau parvint en une fraction de seconde, à reconnaître de quoi, il s’agissait. Elle différait un peu de ses semblables, sans doute le mélange d’une mixture des plus occultes, mais on reconnaissait bien l’ingrédient principal. Sans doute y aurais-je eus quelques souvenirs de mon ancienne vie, où de tels procédés furent employés, mais en réalité, à Midgard, l’emploi d’un tel stratagème était fort rare, car considéré comme de la lâcheté, privant toutes chances de rejoindre les dieux après la mort.

"De la ciguë… Ce type s’est fait empoisonné avant de finir en charpie…"

La ciguë seule aurait pu tuer, alors pourquoi infliger cela à cet homme ? Vue l’attaque, c’était avant tout passionnel. Digne d’une vengeance, on voulait s’assurer qu’il meurt, mais surtout, qu’il souffrait pour le mal supposément commit. Un plan que je pouvais comprendre, mais qui me fit poser une nouvelle question, comment l’avait-elle contaminé ? Et qui d’autres en fut victime ? Et si en réalité, seule une poignée de gens ici étaient touché, ceux ayant avaler sans s’en rendre compte le poison, étaient sur la liste de cette folle. Cela me paraitrait logique. Et pour les autres alors ? Non, quelque chose nous échappait. C’était bien plus complexe que cela, avec une logique construite avec le désespoir. En attendant, il fallait minimiser les risques et prévenir de potentiels dangers. Cela ne risquait pas de calmer la foule, au contraire, mais il valait mieux quelqu’un de stresser que de mort. Me redressant lentement, je fis donc face à ces derniers.

"Poursuivons notre affaire. Plus vite on aura trouvé quelque chose, pus vite on pourra sortir d’ici. Cependant, faites attention. Cette maison est traitresse, alors ne mangez, ni ne buvez quoi que ce soit que vous n’ayez emporter. Il faut rester prudent."



© Méphi.




Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Jeu 18 Juil - 14:56
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Mortel
Kimisore Dong
Date d'inscription : 01/01/2019
Messages : 83
Drekels : 299
Je suis : Mannequin
J'ai prêté allégeance aux : HUMAIN
Je suis d'origine : Coréenne
Mortel
C'était la première fois que j'assistais à une scène de crime et voyais un corps inanimé. Griffé, éviscéré, éventré... Rien que d'y penser ça me donnait envie de vomir. Il y avait tellement de sang... Une odeur nauséabonde contaminait l'air ambiant. Quel traumatisme. Pourquoi s'acharner autant sur un être vivant à ce point ? Pourquoi l'humain est si cruel ? Cela me faisait bouillir de l'intérieur, je n'arrivais pas à comprendre, à croire qu'une telle chose ait pu se produire, c'était produite.

Je ne pouvais pas bouger. C'était comme si des chaînes invisibles m'entouraient, des murs m'encerclaient me compressant lentement. Comme si j'étais réveillée, tout en étant endormie, en proie à un rêve sordide duquel je n'arrivais pas à sortir. Prisonnière d'un couloir infini, n'ayant qu'une seule porte. Plus je courais vers elle, plus elle s'éloignait. Je tendais la main, mais jamais ne l’atteignais.

Quelque chose me traversa l'esprit. Réveille-toi Kimisore ! Réveille-toi ! Tu n'est pas dans ce couloir, mais dans une cabane ! Tu es en danger, tu dois te ressaisir ! Il fallait que je me reprenne en main, si je voulais rester en vie. Nous étions tous paniqués après tout. Je me relevais, non sens mal, encore un peu déboussolée. J’eus le réflexe de m'avancer vers le groupe qui entourait les victimes/ témoins. Mais je ne savais quoi dire. C'était comme si j'avais retrouvé mes capacités motrices, sans la parole.

Je me contentais donc de ne pas rester seule, écoutant les ordres du policier en l'observant. Le regarder faire était comme visionner un film ou une série. Tel une étrangère à la scène, enroulée dans un plaide sur un canapé, mangeant des cochonneries. Mais cela était bien réel, et je pouvais à tout moment me retrouver à la place du corps sans vie qu'il examinait avec tant de minutie et dextérité. On voyait une fois de plus qu'il n'avait pas menti sur son identité et que son travail lui tenait à cœur. Sa passion se reflétait dans ses gestes et paroles.

Cependant son dernier avertissement ne nous laissa pas de marbre. Tous les convives, moi y compris, avaient bu ou manger quelque chose lors de la fête. Cela nous faisait encore plus paniquer. Je voulais le dire, mais je ne le pu. Comme si j'avais fais de la transmission de pensé, le groupe fit parvenir cette idée à ma place. Nous étions tous terrifiés, pour combien de temps ?
Mar 13 Aoû - 22:49
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t375-kimisore-dong-mannequin-professionnel http://caelesti-island.forumactif.com/t381-mes-liens http://caelesti-island.forumactif.com/t382-la-nouvelle-vie
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Derek Asulf
Date d'inscription : 28/01/2019
Messages : 52
Drekels : 337
Je suis : Inspecteur de Police
On m'appelle : Geri
Je possède le pouvoir de : Lycanthropie - Nyctalopie
J'ai prêté allégeance aux : GARDEN
Nordique








Le jeu du loup et du tueur

Kimisore Dong φ Derek Asulf



Le jeu semblait s’écorcer. Semblable à une maison hantée, on dirait que n’importe quoi pouvait devenir un piège mortel. Si déjà la nourriture pouvait être empoisonner, quoi d’autre attendait notre mort ? Si seulement je n’avais pas autant de personne à charge. Trop de monde à surveillé, protégé et peu de moyen d’agir à ma manière. Et bien entendu, la foule s’agitait de plus en plus. Logique sans doute, mais si tout le monde venait à peter un câble, personne n’allait s’en sortir. Il fallait remettre de l’Ordre et vite.

"Que tout le monde se calme ! Est-ce que les équipes peuvent me faire un topo de ce qu’elles ont trouvés ?"

Ceci ramena un peu de calme dans l’assemblée. La plupart des gens répondaient que non, mais certains mentionné des portes et fenêtres fermer, d’étranges coupures de journaux parlant de scandale. Mais une des équipes, dévoila leur découverte s’incarnant en une clef. Bien entendu, ils pensaient qu’elle ouvrirait une des portes pour sortir d’ici, mais ces dernières ne le faisaient qu’avec des clef moderne, plate. Celle-ci était un peu plus ancienne, épaisse et ronde. La récupérant, je la mis dans ma poche.

"Parfait alors. Restez donc grouper je vous en supplie. Notre priorité reste à trouver un moyen pour sortir de là, le second un moyen pour communiquer avec l’extérieur."

Tout le monde semblait acquiescer, et c’était tant mieux. Les équipes se reformaient rapidement et moi, je comptais bien savoir ce que pouvait ouvrir cette clef. Il fallait trouver pour cela, une porte un peu ancienne. Sans doute n’était-ce qu’un placard à balai, mais c’était notre meilleure piste. Enfin bon, tant qu’il n’y avait pas zombis, fantômes tout pouvait encore bien se passer. Dans notre panthéon, ces créatures étaient nombreuses, hantant les lieux abandonnés. Mais ce chalet ne semblait pas abandonner alors tout roulait.

M’éloignant de tout, je suivais un couloir quelque peu tortueux. Il menait à de nombreuses petites pièces, presque vide et dénuer de tout intérêt, dont certaines furent déjà visiter. Jusqu’à ce que je tombasse sur une porte fermer, ce qui me plaisait. Car cela voulait dire que quelque chose d’important était caché à l’intérieur. Usant donc de ce que vous savez, je brisais le verrou d’un bon petit coup pour m’engouffrer dans cet endroit remplit de mystère.



© Méphi.





Se battre pour l’Ordre, est dans ma nature.


Ven 16 Aoû - 8:33
Voir le profil de l'utilisateur http://caelesti-island.forumactif.com/t406-derek-asulf-loyal-serviteur-de-l-ordre#3132 http://caelesti-island.forumactif.com/t407-la-meute-de-l-ordre-et-un-peu-du-chaos#3147 http://caelesti-island.forumactif.com/t408-les-enquetes-du-loup-policier#3149
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: