::  :: Njordalvïr :: Ilvadir Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Comme chien et chat [Ft Sibylle]
Nordique
Sven Madsen
Date d'inscription : 07/10/2018
Messages : 77
Drekels : 248
Je suis : Avocat
Mon Gamma est : Un tatouage en forme de fléche (rune Tiwaz) sur l'avant-bras gauche
On m'appelle : Tyr
Je possède le pouvoir de : Manipuler le vent, j'ai aussi une force accrue et une peau très résistante.
J'ai prêté allégeance aux : REBELLIOUS
Je suis d'origine : D'Asgard
Nordique
Comme chien et chat.Il était près de 5h du matin lorsqu’il ouvrit les yeux, bien qu’il n’ait pas beaucoup fermé l’oeil de la nuit. Cela arrivait de temps à autre, sa main lui faisait mal. Les médecins appellent cela des douleurs fantômes, une sensation comme si le membre est encore présent, parfois il ressent une douleur difficile à définir, une sensation désagréable. Bien sûr, on lui a bien prescrit des cachets, mais il a des jours où franchement il foutrait son appartement en l’air de rage. Mais comme à son habitude il intériorise, tentant de garder le contrôle de lui-même. Car c’est le plus important pour lui, être en pleine possession de ses moyens et garder la tête froide et le meilleur moyen de ne pas laisser ses émotions fausser la balance. L’un des meilleurs moyens d’évacuer le stress ou la tension quotidienne est encore pour lui le sport. En plus de pratiquer divers sports de combat. il court aussi pas mal, le meilleur moment de la journée étant avant d’aller travailler.

C’est d’ailleurs ce qu’il fit ce matin-là. Il était encore tôt, il avait encore largement le temps avant son premier rendez-vous de la journée. Il prit donc une rapide douche et se mit en tenue. Il courut un moment en forêt avant de retourner chez lui pour à nouveau une petite douche, mais aussi enfiler son costume cette fois. Cela fait il fila direction son bureau. A son arrivée sa secrétaire l’informa qu’il avait de la visite, la personne n’avait pas pris rendez-vous, mais insister pour le voir. Il répondit du tac o tac qu’elle prendrait son rendez-vous comme tout le monde et attendrait. Non mais je vous jure les gens de nos jours... Mais voyant que sa secrétaire ne bougeait pas, sûrement un peu déstabilisé par sa réaction, il ajouta :

«Si tout est clair, pourquoi êtes-vous encore ici ?» Dit-il, haussant un sourcil. La secrétaire bafouilla quelques excuses et se rendit dans la salle d’attente pour les clients. Il soupira, elle était pourtant habituée à travailler avec lui, elle savait comment il est. Dans son bureau, il se prépara un café qu’il commença à boire tout en allumant son ordi, consultant son agenda aussi au passage. Mais des bruits dans le couloir attirèrent son attention, puis la porte s’ouvrit et une femme fit soudain irruption dans la salle, suivit de sa secrétaire, affolée. Elle s’excusa de toutes les façons possibles disant qu’elle avait tentait de la retenir. Il la fusilla du regard, se demandant qu’est-ce qu’il allait bien pouvoir faire d’elle, enfin il ferait cela après. Il finit son café, broyant le gobelet en plastique dans ses mains avant de le jeter dans la poubelle.

«Ca ira, fermez la porte je vous prie». Dit-il calmement, mais il y avait tout de même de la froideur dans sa voix. Une fois la porte fermée, son regard alla vers l’inconnue et il lui vit signe de s’asseoir sur le siège en face de son bureau.

«Que puis-je pour vous, madame... ?»

©️ 2981 12289 0


I won't raise my white flag
The moment I surrender, bury me in the ground. I'd die before you see me take a bow.
- rainmaker

Mer 30 Jan - 22:54
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Sibylle Nygård
Date d'inscription : 16/01/2019
Messages : 60
Drekels : 115
Mon Gamma est : Un tatouage
On m'appelle : Sif
J'ai prêté allégeance aux : Garden
Je suis d'origine : Nordique
Nordique
Comme chien et chat.Cet homme je l'avais déjà vu. Je ne me souvenais plus exactement de comment mais la réaction qu'il avait eu en découvrant le bijoux que je portais autour de ma nuque demeurait très nette dans mon esprit, comme gravé parmi tous les souvenirs que j'avais su conservé de ma vie d'avant. Ses yeux s'étaient agrandis, arrondis à un point tel que j'en avais été plus que questionné; pour moi il était désormais évident qu'il en connaissait l'existence, le sens voir peut-être même celui me l'ayant confié. Dès lors, je m'étais lancé dans cette quête folle voir absurde de retrouver sa trace pour mieux le cuisiner à ce sujet. La tâche fut longue et éprouvante mais j'y étais finalement parvenue par un miracle insoupçonné.

Demeurer priver de sa mémoire la plus chère était en effet bien sombre. Où était mes racines ? Qui était ce personnage dont je rêvais au beau milieu de mes songes les plus paisibles ? Et pourquoi une exaltation sans pareil s'attardait sur ma personne lorsque je devinais un faible souvenir semblant lui appartenir ? Tant de questions m'assaillaient que j'en avais un irrémédiable vertige totalement inexplicable. L'unique chose que mon esprit bancale avait en partie compris n'était autre que le fait que j'aimais cet homme et que nous avions construit quelque chose ensemble; un foyer sans doute ? Voir même un havre de paix comparable à nulle autre endroit sur terre avais-je songé.

Ce fut donc avec la plus vive des détermination que je me présentais aujourd'hui devant le cabinet du dénommé Sven Madsen. Mes jointures blanchis par la pression que j'y installais, je pénétrais dans l'immeuble avant de m'imposer à l'accueil. La secrétaire, les traits tirés et la mine anxieuse, tenta de me retenir tant bien que mal tandis que je continuais de répéter d'un timbre quasi mécanique que j'étais venue pour parler avec Maître Madsen. Alors qu'elle me répondait que cela était parfaitement impossible, j'avais vu du coin de l'oeil une porte à l'aspect prometteur; elle sembla deviner dans l'instant ce que je comptais faire pour s'empresser de pénétrer dans la dite pièce à ma place.
Je pus entendre qu'elle se fit dégager sans peine par son patron dont l'autorité régnait pleinement dans le cabinet. La secrétaire se posta face à moi dans un geste navré, tendu, tout à fait révélateur de son état d'esprit : elle craignait celui qu'elle venait de voir. Je lui adressais un sourire complice en la remerciant puis m'élançais avec hâte en direction de l'endroit où se trouvait mon homme. Habillée de toute mon assurance, j'en vins à me planter face à lui sous les excuses misérables de sa subordonnée dont l'aspect semblait diminuer peu à peu. Il la congédia sans attendre, plongeant la salle dans un silence imbibé d'un agacement ainsi que d'une inquiétude palpable.

Sa voix grave résonna comme la fin de ce blanc insupportable; il me demanda simplement ce qu'il pouvait faire pour moi ce qui m'arracha un petit rire amusé. En le toisant de mes prunelles noisettes, je me délectais de voir un certain soucis dans son regard et je m'installais bien vite dans le fauteuil en face de lui pour converser.
"Je crois que vous savez pertinemment ce que je viens vous demander. Fis-je en triturant mon collier malicieusement "Bien sûr que oui. Et je sais également que vous ne m'êtes pas étranger... Je ne sais pas qui vous êtes pour l'heure mais nous savons tous les deux que nous ne sommes pas humains. Sifflais-je en m'appuyant contre le dossier. "Maintenant, pourquoi ma visite ? Sans doute parce que vous savez des choses à propos de ceci" .

Je tendis mon pendentif dans sa direction, dévoilant une rune travaillé d'argent d'où pendait trois autres petites lettres nordiques au sens obscur à mes yeux. Elles avaient une signification et cela j'en étais certaine. Mon regard s'encra dans les prunelles sombres de mon interlocuteur sans que je ne perde courage, attendant ma réponse posément.
©️ 2981 12289 0
Dim 10 Fév - 22:47
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Nordique
Sven Madsen
Date d'inscription : 07/10/2018
Messages : 77
Drekels : 248
Je suis : Avocat
Mon Gamma est : Un tatouage en forme de fléche (rune Tiwaz) sur l'avant-bras gauche
On m'appelle : Tyr
Je possède le pouvoir de : Manipuler le vent, j'ai aussi une force accrue et une peau très résistante.
J'ai prêté allégeance aux : REBELLIOUS
Je suis d'origine : D'Asgard
Nordique
Comme chien et chat.Sven attendait, anxieux. A vrai dire, malgré son ton étonné et l’air qu’il s’était donné il sait très bien qui est la femme et ce qu’elle fait ici. Ce pendentif... Il n’y a pas de doute possible, il ne peut s’agir que de Sif. Cette découverte le place dans un état d’esprit assez étrange. D’un côté cela lui fait plaisir d’enfin recroiser une tête connue, mais Sif et lui n’ont jamais été en très bons termes. C’est une Garden donc c’est une ennemi pour sûr, mais il n’éprouve pas pour autant l’envie de l’étriper comme Fenrir (ou Odin). Non, eux en général c’est une bagarre verbale qu’ils se livrent. A ses yeux, Sif est inutile en tant que déesse et cela résume bien les choses pour lui, car à ses yeux une personne incapable de se défendre est une personne sans intérêt. Donc à ses yeux, c’est juste une petite chose fragile assez pathétique et en plus elle lui tape sur le système avec ses crises de diva. Malgré tout cela on ne peut pas dire qu’il la déteste, car bon cela l’amuse de l’énerver, d’observer ensuite sa réaction. Au fil des années c’était devenu comme un petit rituel entre eux, avant que la rébellion commence.

Sur le moment, lorsqu’il était dans cet ascenseur il avait été tellement surprit qu’il n’avait pas lâché un seul mot, puis il avait préféré fuir, mais bon c’était mieux ainsi. Il préférait la laisser venir à elle, comme cela il pourrait voir ce qu’elle sait. Curieusement elle semblait comme amnésique, mais pas totalement, elle savait qu’elle était une déesse, du moins semblait croire qu’elle n’est pas humaine. Pour le reste, cela semblait bien plus brumeux et cette idée l’amusait. Si vraiment elle ne savait rien, il pouvait lui dire n’importe quoi. Il se pencha un peu en avant pour observer plus en détail le pendentif, pas de doute il s’agit bien de celui de Sif. Il se remit bien sur son siège, plongeant son regard dans celui de Sif, car il avait maintenant la certitude que c’est elle.

«Le pendentif est un cadeau.». Commença t’il, laissant volontairement un silence, se délectant de sa réaction à venir. Il avait dit cela tout en se forçant à conserver un air neutre. «Vous souvenez-vous de ce qu’il représente ? Vous avez parlé de vrai nature, mais savez-vous qui vous êtes ? De quoi vous souvenez-vous ?»

Il ne comptait pas lui révéler d’autres informations pour l’instant. Le savoir est une chose puissante dans ce monde comme ailleurs, c’est une vérité, plus l’on a de connaissances, plus on est à même de contrôler une situation, contrôler une personne aussi. Et en bon stratège il voyait chaque situation comme une partie d’échecs, ainsi avançait-il ses pions avec prudence. Il se laissa retomber contre le dossier de son siège, appréciant cette petite séance de «jeu» improvisé.

«Vous semblez tendu, puis-je vous proposer quelque chose à boire ?»

Bien qu’il ne soit pas sûr qu’un café ou un thé soit une bonne idée pour la calmer. Un verre d’eau peut être oui à la rigueur.

©️ 2981 12289 0


I won't raise my white flag
The moment I surrender, bury me in the ground. I'd die before you see me take a bow.
- rainmaker

Dim 17 Fév - 21:19
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: